DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Privatisation du rail en vue, les trains en grève


Espagne

Privatisation du rail en vue, les trains en grève

En Espagne, les trains étaient rares ce vendredi, les cheminots étaient en grève pour protester contre la privatisation du secteur ferroviaire. 100 000 emplois sont menacés selon les syndicats, qui redoutent aussi une dégradation de la sécurité et des services. La privatisation est l’une des conséquences des mesures d’austérité prises pour enrayer la crise.

“Ils devraient commencer par réduire les dépenses au sommet de l’Etat, et là ils réagiraient différemment,” dit Conchi, qui est fonctionnaire. Les fonctionnaires, ce sont eux qui porteront le fardeau des nouvelles décisions du gouvernement Rajoy : réductions de salaires, d’emplois, disparition de certains avantages…

“Plus de 900 milliards d’euros c’est que ce que l’on doit à l‘étranger, précise Mariano Rajoy. Cela a obligé toutes les administrations, l’administration centrale, celle des régions et les municipalités à réduire les dépenses et essayer d’augmenter les rentrées d’argent. J’insiste, ceci n’est pas une option, on ne peut pas faire autrement, on ne peut pas dépenser si on n’a pas de rentrée d’argent et en plus on ne peut pas dépenser si on ne nous prête pas d’argent ; c’est ce qui nous a obligé à prendre beaucoup des décisions difficiles que vous connaissez”.

S’il réduit les indemnités chômage, Mariano Rajoy a en revanche promis de ne pas toucher aux retraites en 2013.
Pris en tenaille entre la grogne sociale et la pression de ses partenaires européens, le gouvernement tente de réduire son déficit public de 8,9% l’an dernier, pour atteindre 2,8% en 2014.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Taxer les riches pour plus d'égalité?