DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Il y a un an éclataient les émeutes de Londres


Royaume-Uni

Il y a un an éclataient les émeutes de Londres

A moins de dix kilomètres des Jeux olympiques, le quartier populaire de Tottenham au nord de Londres porte encore les stigmates des émeutes de l‘été dernier. Ces violences, qui s‘étaient propagées ensuite à d’autres villes d’Angleterre, avait mis en évidence les problèmes majeurs de chômage et de précarité. Un an après les émeutes, beaucoup dans le quartier estiment que la situation ne s’est pas améliorée. « On voit beaucoup plus de policiers dans les rues. Mais à part ça, rien n’a changé depuis l’année dernière. Les gens ont de très faibles revenus. Ils n’ont pas de travail, ils ne font rien de leur vie. Donc ils traînent dans les rues et font des choses illégales”, explique un commerçant.

C’est la mort de Mark Duggan, un jeune du quartier tué par la police, qui avait mis le feu au poudre. Vitres brisées, boutique pillées ou incendiées, à l’image de ce grand magasin de moquettes entièrement détruit par les flammes. Un nouveau bâtiment va bientôt sortir de terre. “Ça construit lentement mais sûrement. Le futur bâtiment sera beaucoup mieux que celui d’avant», souligne une passante.

Les dégâts à Tottenham ont été d’une ampleur telle que des jeunes du quartier ont voulu s’excuser au nom de la communauté. Ils ont lancé la campagne «Sorry». Pour les habitants, la reconstruction est un motif d’espoir : elle pourrait créer plus de 5000 emplois.

Notre correspondant à Londres Ali Sheikholeslami : “Un an après les émeutes, il y a des signes d’amélioration à Tottenham. Mais pour la communauté, l’emploi reste au cœur des préoccupations.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Turquie : 40 généraux poussés vers la retraite