DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Face au danger, les observateurs quittent Alep

Vous lisez:

Face au danger, les observateurs quittent Alep

Taille du texte Aa Aa

A Alep en Syrie, le quartier de Salaheddine baigne dans un nuage de poussière. L’armée bombarde sans relâche et à l’artillerie lourde les quartiers rebelles. En raison de l’intensité des combats, la vingtaine d’observateurs de la mission de l’ONU en Syrie stationnés à Alep ont quitté la ville pour rentrer à Damas.

Lundi, le premier ministre Ryad Hijab a fait défection. C’est le plus haut responsable à rompre avec le régime. C’est un sunnite, nommé il y a seulement deux mois par Bachar Al-Assad pour donner un gage de bonne volonté.

“Clairement, toute défection d’un haut responsable du régime est embarassante et préjudiciable pour la crédibilité du régime syrien.” constate David Hartell, expert du Moyen-Orient. “Cependant il est peu probable que Ryad Hijab ait été un membre du cercle familial rapproché d’Assad.” nuance-t-il. “Donc en ce qui concerne la sécurité, la politique militaire sur le terrain et la survie du régime d’Assad, cette défection a peu de chance d’avoir un impact.” conclue-t-il.

Pour les Etats-Unis au contraire, cette défection est un signe qu’Assad a perdu le contrôle du pays. Le ministre français des Affaires étrangères estime lui que la fin du régime est proche.

Les témoignages relatant des atrocités se multiplient, comme ce récit d’un massacre qu’auraient commis les forces du régime dans les environs d’Alep, faisant dix victimes.