DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Espagne : le soutien au prisonnier de l'ETA cancéreux s'étend


Espagne

Espagne : le soutien au prisonnier de l'ETA cancéreux s'étend

Le soutien à Iosu Uribetxeberria, prisonnier de l’ETA qui souffre d’un cancer et réclame la liberté conditionnelle, est de plus en plus fort. Près de 110 détenus du groupe armé basque se sont mis, comme lui, en grève de la faim en Espagne comme en France. Et une cinquantaine d’autres prévoient d’entrer dans le mouvement. Dimanche, la décision du dirigeant indépendantiste basque Arnaldo Otegi d’entamer, lui aussi, une grève de la faim depuis sa cellule, a donné encore plus de poids à la protestation.

Le Parti populaire, parti de droite au pouvoir en Espagne, n’entend pas fléchir. “Il accomplira la loi strictement, indique son secrétaire général adjoint Carlos Floriano, et ne cédera pas aux grèves de la faim théâtrales, ou à quelque autre chantage”. Les autorités espagnoles ont toutefois décidé de soumettre le prisonnier de l’ETA malade à des examens médicaux, afin de mieux évaluer la gravité de son état. “Je demande au gouvernement qu’il applique la loi, et je suis convaincu que c’est ce qu’il va faire, déclare le chef du Parti socialiste espagnol Alfredo Pérez Rubalcaba. C’est avec la loi qu’il faut résoudre ce genre de situation dans le domaine anti-terroriste”. L’ETA a annoncé avoir renoncé à la violence en octobre dernier, mais la plupart de ses membres sont emprisonnés, 700 sont derrière les barreaux.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Londres 2012 : plus de 150 millions de tweets envoyés