DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quel bilan pour les cent jours de François Hollande?

Vous lisez:

Quel bilan pour les cent jours de François Hollande?

Taille du texte Aa Aa

Le 15 mai dernier, il y a cent jours, François Hollande foulait le tapis rouge de l’Elysée et entrait dans l’histoire, en faisant ses premiers pas comme président de la république française.

Une cérémonie qu’il voulait simple et discrète . Le président “normal” s’emploiera dès le début à montrer sa normalité et sa simplicité, parcourant sous une pluie battante les champs élysées pour son inauguration, offrant l’image d’un président normal, trempé, qui ne connaîtra pas vraiment d‘état de grâce.

Cent jours après, plusieurs promesses électorales ont été tenues, notamment dans le registre social: hausse du smic, augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, suppression de la tva sociale, retour à la retraite à 60 ans pour certains. Au vu de la situation économique, des attaques de l’opposition et des grandes échéances à venir, ce président accessible n’a pas réussi à convaincre vraiment. Selon un sondage paru ce week end, 54% des français seraient mécontents de son action. Et parmi eux, il y a des électeurs de gauche.

La réponse musclée du gouvernement aux émeutes d’Amiens, avec un Manuel Valls à l’intérieur hué par la foule sur place, mais aussi les évacuations des camps de roms, par le même ministre et qui ont valu à la France d‘être remise sous surveillance par la commission européenne ne sont pas sans rappeler le mandat de Sarkozy à l’Intérieur et elles ont divisé la majorité. C’est du pain béni pour l’opposition qui par ailleurs fustige Hollande sur le dossier syrien.

“Personne ne dit qu’une intervention militaire est facile, personne ne dit qu’une intervention internationale est facile mais où est la voix de la France?” demande l’ancien ministre UMP Roger Karouchi.

Sur le plan européen et dès les premiers jours de son mandat, la voix de la France et les nouvelles orientations du président se sont pourtant bien faites entendre. Mais les grandes échéances sont à venir et c’est elles qui détermineront l’avenir de la présidence. La ratification du pacte budgétaire européen mais aussi le bouclage du budget 2013 et la réforme fiscale promise sont les grands dossiers qui attendent le président à la rentrée et sur lesquels les français le jugeront. Cent jours c’est court et l‘équipe de Hollande n’est pas pressée. Le mot d’ordre étant le changement dans la durée.

“Aujourd’hui il n’y a pas encore d‘éléments qui peuvent laisser penser qu’on est face à une impopularité record ou un désamour profond entre les Français et François Hollande. On est dans un espèce d’entre-deux, d’expectative. Les français sont très inquiets sur la question du chômage et également très inquiet sur l‘état de nos finances publiques, et tous attendent, et le moment de vérité sera probablement à l’automne.” estime Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion publique de l’IFOP.

Les gros chantiers qui attendent François Hollande sont effet prévus pour septembre. Avec une conjoncture économique plus déprimée que prévue, il semble que les difficultés soient devant lui.