DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Imbroglio diplomatique autour de Julian Assange


Royaume-Uni

Imbroglio diplomatique autour de Julian Assange

Il a beau avoir obtenu l’asile en Equateur, Julian Assange n’est pas pour autant tiré d’affaire.

Car la Grande-Bretagne a rappelé sa détermination à extrader le fondateur de Wikileaks vers la Suède.

Londres, par la voix du ministre britannique des Affaires Etrangères William Hague, assure toutefois ne pas envisager de lancer l’assaut contre l’ambassade équatorienne où il est réfugié depuis 2 mois.

“Nous n’adressons aucune menace. Les gens ont eu connaissance de la note remise par nos diplomates en Equateur. Il n’y a rien de menaçant là-dedans, elle stipule simplement que nous sommes engagés à travailler avec eux à l’amiable pour résoudre cette question, que nous sommes prêts à poursuivre les discussions diplomatiques déjà engagées, voilà tout. Mais bien sûr, il est également fait mention de la situation juridique dans ce pays et que nous ne sommes pas en mesure de garantir un transfert vue la situation.”

Pour Quito, le placement en détention en Suède de l’Australien ouvrirait la porte à son extradition vers les États-Unis. Son avocat propose cette alternative.

“A mes yeux, cela signifie qu’un mandat d’arrêt de la Suède n’a plus aucune valeur en Grande-Bretagne. Cela signifie également que le procureur suédois, à mon avis, doit changer d’attitude et se rendre immédiatement à Londres pour interroger Julian Assange, à l’ambassade de l‘Équateur.”

Dimanche, Assange devrait s’exprimer en direct de l’ambassade équatorienne de Londres. On ignore toutefois si son allocution se fera depuis une fenêtre ou le parvis de l‘édifice, ce qui ne serait pas totalement sans risque.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : la mission d'observation de l'ONU ne sera pas renouvelée