DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des ministres finlandais et autrichien évoquent la sortie de l'euro

Vous lisez:

Des ministres finlandais et autrichien évoquent la sortie de l'euro

Taille du texte Aa Aa

Faut-il ou non rester dans la zone euro? La Finlande jette un pavé dans la mare par la voix de son ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja. Il dit se préparer à une sortie de l’euro, à l’heure où Angela Merkel clame sa détermination à tout faire pour maintenir la monnaie unique.

A Helsinki, ces propos ont été balayés par ceux du ministre des Affaires européennes Alexander Stubb, il a réitéré l’euro-optimisme de la Finlande, assurant que les propos de son collègue ne reflétaient pas la position de l’exécutif.

Si le gouvernement finlandais, composé d’une coalition nationale, affiche ses convictions en faveur de l’euro, le pays est confrontée à un ralentissement économique.

Depuis un an son taux de croissance s’est contracté de 2.4 points. Ses indicateurs restent toutefois meilleurs que ceux de l’ensemble de la zone euro. La dette publique représente près de 49 % du PIB en Finlande, contre plus de 88% en moyenne pour les 17 pays membres de la zone euro.

Cependant, au regard de ses voisins suédois, danois ou norvégiens, la Finlande apparaît moins robuste sur le plan économique.
Alors, la faute à la crise de la dette dans la zone euro?

Dans le sillage de la Finlande, le chef de la diplomatie autrichienne Michael Spindelegger a plaidé en faveur de l’expulsion des Etats membres tricheurs.