DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mark Regev à propos de l'Iran : "toutes les options sont à l'étude"

Vous lisez:

Mark Regev à propos de l'Iran : "toutes les options sont à l'étude"

Taille du texte Aa Aa

Mohammed Shaikhibrahim pour Euronews:

“Avec nous depuis Jérusalem, le porte-parole du premier ministre, Mark Regev. Bienvenue sur Euronews

Mark Regev, porte-parole du gouvernement:
“Merci à vous de m’inviter.”

Euronews:“Est-ce qu’Israël prévoit d’attaquer l’Iran prochainement?

Mark Regev:
“Jusqu’ici, malgré la pression diplomatique, malgré les sanctions économiques, malgré d’autres efforts faits par la communauté internationale, le régime iranien continue d’aller de l’avant, de faire la course pour avoir une arme nucléaire- une arme qui sera dirigée contre mon pays, et donc il est très important que nous considérions toutes les options”.

Jusqu‘à présent, côté israélien,nous n’avons pas encore pris de décision. Mais nous savons que si décision doit être prise d’utiliser la force militaire, il y aura un prix à payer.

Tout ce que je peux dire c’est : le prix à payer de ne rien faire, le prix à payer si on laisse l’Iran obtenir une arme nucléaire serait bien évidemment beaucoup plus redoutable.”

Euronews:
Est-ce qu’Israël a la capacité militaire de mettre fin aux ambitions nucléaires de l’Iran ?

Mark Regev:
“Désolé, je ne réponds jamais aux questions opérationnelles”.

Euronews:
Craignez vous que le Hezbollah, le mouvement libanais intervienne ? Comment réagissez-vous au dernier discours d’Hassan Nasrallah dans lequel il affirme que la vie de milliers d’Israéliens sera un enfer si Israël attaque le Liban ?

Mark Regev:
“Nous le considérons comme une menace. Et nous sommes prêts à affronter cette menace et je ne conseillerais à personne, et particulièrement au Hezbollah…c’est facil à dire mais je crois qu’il va être plus prudent parce qu’il n’est pas dans son intérêt de se lancer dans des affrontements avec Israël. Il ne devrait pas nous provoquer.

Euronews :
“Quelle est votre position sur les événements sanglants qui se passent en Syrie

Mark Regev:
“Nous avons exprimé combien nous étions choqués, notre inquiétude, notre souci pour le peuple syrien qui souffre sous ce régime brutal. Tous les jours nous recevons les nouvelles de nouveaux meurtres de personnes innocentes en Syrie. Cela doit cesser.
Bien sûr, nous nous inquiétons aussi tout particulièrement de la présence massive d’armes chimiques en Syrie. Nous ne voulons pas que des extrémistes soit du Hezbollah ou d’Al Qaida ou autres organisations extrémistes puissent mettre la main sur ces armes”.

Nous voulons voir une Syrie qui, je l’espère, sera plus stable et pourra vivre dans la paix avec Israël. C’est notre espoir mais bien sûr nous ne nous ingérons pas, sinon en disant que nous soutenons le droit du peuple de Syrie d’avoir un meilleur gouvernement’.

Euronews : Pensez-vous que la sécurité d’Israël est menacée par les relations du Hamas avec le nouveau parti au pouvoir en Egypte”

Mark Regev: “Tout ce que je peux dire c’est que nous avons un problème avec le Hamas. C’est à dire que le Hamas s’est emparé de la bande de Gaza et au lieu d’investir pour le bien être futur des gens de Gaza, au lieu de vouloir construire une vie meilleure pour les gens de Gaza, le hamas s’enferme dans une politique très extrémiste où il se mobilise pour un futur conflit avec Israël.”

Euronews:
“Dernière question, comment répondez-vous aux accusations selon lesquelles Israël aurait assassiné Yasser Arafat ? “

Mark Regev:
“C’est tout simplement faux et je ne crois pas que qui que ce soit prenne au sérieux ces accusations. Et je rappellerais au camp palestinien que c’est l’autorité palestinienne ou la famille qui détiennent tous les documents qui concernent la santé de M. Arafat, ou son traitement. Donc je m’adresse à eux pour leur dire, au lieu de construire des théories du complot, pourquoi ne rendez-vous pas tout public ? Ce qui permettrait d‘éclaircir l’affaire.

Euronews:
C‘était le porte-parole du premier ministre israélien, Mark Regev, depuis Jérusalem. Merci d’avoir été avec nous.

Full interview with Mark Regev (English)