DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : une journaliste japonaise tuée à quelques mètres de son mari


Syrie

Syrie : une journaliste japonaise tuée à quelques mètres de son mari

La mort de la journaliste japonaise Mika Yamamoto à Alep rallonge la longue liste de reporters étrangers et syriens tués lors de ce conflit en Syrie. Tokyo a confirmé ce mardi le décès de cette reporter de guerre de Japan Press blessée mortellement la veille lors d’une fusillade à quelques mètres de son mari et collègue. Selon lui, ce sont des troupes gouvernementales qui ont tiré.
“Mika Yamamoto est ma femme. Nous étions ensemble depuis 15 ans. Mika est ma femme. C’est ma femme, répète Kazutaka Sato. (…) “Je n’ai pas de mots pour l’armée syrienne, parce que nous sommes des journalistes.(…) Nous voulons montrer au monde entier ce qui se passe en Syrie”.

“Mika Yamamoto a été tuée par le régime”, a déploré une vidéo amateur, Ahmed Ghazali présenté comme un responsable de l’Armée syrienne libre. Tout en affirmant vouloir assurer la sécurité des journalistes étrangers en Syrie, Ahmed Ghazali souligne que ces reporters “viennent sous leur propre responsabilité et celle du pays qu’ils représentent”.

Les Syriens travaillant pour des médias officiels sont pas épargnés par la mort et la violence. Des journalistes de la télévision officielle d’information Al-Ikhbariya avaient été enlevés le 10 août. Ils auraient été libérés jeudi dernier. En juin, des hommes armés avaient pris d’assaut le siège d’Al-Ikhbariya et tué par balles trois journalistes.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Après Curiosity, un autre robot de la Nasa sur Mars dès 2016