DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Facebook : un membre du conseil d’administration vend 21 millions d’actions

Vous lisez:

Facebook : un membre du conseil d’administration vend 21 millions d’actions

Taille du texte Aa Aa

Investisseur historique du réseau social, Peter Thiel a vendu la majorité de ses actions et jette le trouble.

Peter Thiel, l’un des tous premiers investisseurs de Facebook en 2004, a vendu, jeudi et vendredi, 20,1 millions d’actions du réseau social alors que sa valeur oscillait entre 19,27 et 20,69 dollars (15,46 et 16,59 euros). Montant total de la transaction : environ 400 millions de dollars (320 millions d’euros) comme l’atteste un document officiel de la SEC, l’organisme américain de régulation des marchés. Ces revenus s’ajoutent aux 640 millions de dollars (514 millions d’euros) que l’investisseur avait déjà engrangés en mai dernier lors de l’introduction du titre en bourse ; la valeur de l’action était alors de 38 dollars (30,59 euros).

Peter Thiel a profité de la plus récente levée d’une des périodes de blocage du titre (lock-up), temps pendant lequel les actionnaires historiques (ou “initiés”) ne peuvent pas céder leurs parts, afin de réaliser cette nouvelle transaction. Son choix étonne de nombreux acteurs des marchés : pourquoi vendre aussi vite et autant après la fin de ce lock-up alors que le titre est en baisse ? Et la distribution d’une partie de leurs actions par d’autres investisseurs tels que les fonds d’investissements Accel Partners et Greylock Partners ou même Dustin Moskovitz, co-fondateur du réseau social, n’est pas pour rassurer les plus inquiets : serait-ce un signe supplémentaire de la fragilité boursière de l’action Facebook ?

A la fin de la semaine, le débat fait rage outre-manche. Fred Wilson, investisseur en capital-risque chez Union Square Ventures et spécialiste des entreprises web 2.0 comme Twitter, Tumblr ou Foursquare, prend, sur son blog, la défense de son métier de dénicheur de start-up et par extension de son confrère Peter Thiel : “Ceux qui ont pris le risque de perdre tout leur capital en pariant sur un jeune de vingt ans appelé Mark Zuckerberg méritent un retour sur investissement”. Acerbe, il invite “tous ceux qui sont choqués et outrés par toutes ces ventes d’initiés [à ranger] leur indignation dans le placard du capitalisme”.

Au-delà des inquiétudes ou du débat sur les “libertés” des investisseurs en capital-risque, la polémique s’est aussi déplacée sur la position de Peter Thiel vis-à-vis de Facebook. En effet, en plus d’être l’un des investisseurs historiques du réseau social, l’homme d’affaire américain fait toujours partie du conseil d’administration (CA) de l’entreprise. De nombreux analystes estiment que cette vente massive entre en conflit avec sa position de membre du CA et considèrent qu’il devrait démissionner. “C’est un vote de défiance au sein même du conseil d’administration” estime par exemple Max Wolff, analyste pour Greencrest Capital.

Le titre n’est pas sorti grandi de cette fin de semaine agitée et a terminé la journée de vendredi à 19.07 dollars (15,30 euros), son plus bas niveau depuis son introduction en bourse le 18 mai dernier.