DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Madonna cède face aux menaces du Front National

Vous lisez:

Madonna cède face aux menaces du Front National

Taille du texte Aa Aa

Hier à Nice, à l’occasion du dernier concert de sa tournée en France, Madonna a choisi de calmer la polémique avec le FN. La star n’a finalement pas apposé une croix gammée sur le visage de Marine Le Pen dans un clip diffusé au stade Charles-Ehrmann.

Vers 23h30, la vidéo litigieuse accompagnait toujours la chanson “Nobody knows me” et montrait furtivement le visage de la présidente du FN, mais la croix gammée avait laissé place à un point d’interrogation.

Quelques jours après la diffusion de ce clip, lors du premier concert de la tournée mondiale de Madonna à Tel-Aviv le 31 mai, Marine Le Pen avait prévenu que si la star “faisait ça en France, on l’attendrait au tournant”.
Le 14 juillet, au Stade de France, l’artiste avait pourtant rediffusé le clip litigieux, entraînant le dépôt immédiat par l’intéressée d’une plainte pour injure.
Le FN avait averti qu’en cas de récidive, il n’hésiterait pas à saisir la justice niçoise.

“A ma connaissance, Madonna n’avait jamais changé un clip. C’est la preuve que nos arguments ont porté. C’est une excellente nouvelle”, a réagi à l’issue du concert, Gaël Nofri, responsable à Nice du Rassemblement Bleu Marine.

Avant comme après le concert, les inconditionnels de Madonna ne montraient guère d’intérêt pour la polémique frontiste.
“La politique, ce n’est pas pour ça qu’on est là. Nous, on vient pour le show”, assurait en début de soirée Marco, quarante ans, fan de la “Madone” depuis l‘âge de onze ans.

“On a payé assez cher une place pour voir un spectacle, mais pas pour être confronté aux problèmes politiques. Ce n’est pas pendant le show qu’il faut faire ça! Je trouve ça déplorable”, renchérissait Thomas, 34 ans, venu d’Avignon.

Cendrine, 45 ans, a beau être toute acquise à la “Material Girl” et “ne pas aimer Marine Le Pen”, elle “n’aime pas du tout ce qu’a fait Madonna au Stade de France. Elle a dérapé. Quand on est une star, on n’a pas à faire ça, encore moins dans un pays étranger. Il ne faut pas le refaire.”

En dépit d’un show endiablé de près de deux heures, la Madone n’a pas fait stade comble. Quelques jours avant le concert, des billets étaient bradés sur internet, tandis que les Galeries Lafayette de Nice offraient deux places pour l’achat d’une carte de fidélité à sept euros, soit la place à 3,50 euros!

Comme révélé par France Bleu Azur, pour remplir les gradins, la production a même remis à la Métropole niçoise (46 communes) 4.600 places, afin qu’elle organise un tirage au sort au profit de ses 12.000 employés.

Avec AFP