DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Roms : la France va allèger l'accès au travail des Roumains et Bulgares


France

Roms : la France va allèger l'accès au travail des Roumains et Bulgares

“Faciliter l’insertion par le travail” des Roms étrangers, venus pour la plupart de Roumanie et de Bulgarie. C’est l’un des objectifs du gouvernement français qui a annoncé ce mercredi soir deux mesures : la suppression de la taxe qu’un employeur doit verser pour embaucher un Roumain ou un Bulgare et l’augmentation du nombre de métiers auxquels ils ont actuellement accès.

Une décision saluée par la Commission européenne qui a encouragé Paris à lever l’ensemble des restrictions. A droite, en revanche, le député UMP des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti l’a qualifiée d’incohérente et d’irresponsable sur le plan économique. “Lorsque notre pays compte aujourd’hui près de 10% de chômeurs, il est illusoire de laisser espérer à ces populations, qui sont souvent dépourvues de formation, qu’elles pourront travailler dans notre pays”.

Avant les annonces gouvernementales, le Premier ministre avait rencontré le collectif national des droits de l’homme Romeurope.
“Il n’y a pas de problème “Rom”, a souligné l’un des responsables du collectif, Malik Salemkour. Il n’y a pas de demande spécifique des Roms. Il y a une demande de vivre dignement et de vivre correctement sur le territoire sur lequel ils sont. 20 000 personnes qui ont choisi de vivre ici, venues de Roumanie et de Bulgarie, n’est pas un nombre incommensurable. On doit pouvoir le traiter”.

Le démantèlement controversé de plusieurs campements illégaux de Roms cet été en France a braqué à nouveau les projecteurs sur ces citoyens européens, ces mal-aimés du Vieux continent.
Amnesty International a estimé que la France devait “s’engager à mettre un terme à leur expulsion forcée”.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

beha