DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Angela Merkel cordiale mais ferme avec la Grèce


Allemagne

Angela Merkel cordiale mais ferme avec la Grèce

La chancelière allemande a apaisé le climat avec le Premier ministre grec Antonis Samaras, sans pour autant faire de concessions. La Grèce, qui subit une 5e année de récession consécutive, “doit continuer les réformes” a-t-elle affirmée. Angela Merkel souhaite attendre le rapport de la troïka des créanciers internationaux (FMI, BCE, UE), mi-septembre, avant de se prononcer sur le cas du pays.

Après des déclarations émanant de son propre gouvernement, la dirigeante allemande a tout de même tenu à clarifier un point :

“Je veux que la Grèce reste membre de la zone euro”, a-t-elle dit. “L’euro n’est pas qu’une monnaie, c’est la réalisation irréversible d’une Europe unie. C’est pour cela qu’il est si important de résoudre cette crise”.

“Nous ne demandons pas plus d’aide, nous ne voulons pas plus d’argent, mais nous avons besoin de temps pour respirer, c’est un grand bon en avant qu’est en train de faire la Grèce”, a, pour sa part, tenté de tempérer Antonis Samaras.

Antonis Samaras a rendez-vous ce samedi avec le président français, qui partage les mêmes réserves que l’Allemagne. Le ballet diplomatique pour sauver l’Europe de la crise est loin d‘être terminé.
François Hollande doit se rendre à Madrid et à Rome tandis que Mario Monti ira à son tour à Berlin.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Ukraine, un pays divisé, célèbre son indépendance