DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Birmanie : les tags urbains, preuve d'une libre expression ?

Vous lisez:

Birmanie : les tags urbains, preuve d'une libre expression ?

Taille du texte Aa Aa

En Birmanie, certains artistes utilisent les murs des villes comme terrain d’expression, y compris pour des messages politiques. C’est comme un test pour mesurer la tolérance des autorités.

Les dirigeants birmans ont engagé ces derniers mois des réformes visant à libéraliser le pays. Mais après des décennies de dictature militaire, les artistes savent qu’ils restent sous contrôle. “Il n’y a pas eu d’arrestation, reconnaît un jeune taggeur sous couvert d’anonymat, mais certains d’entre nous ont quand même été obligés de signer un papier pour dire qu’ils ne recommenceraient pas”.

“Aux yeux de certains, ajoute un autre artiste, ce qu’on fait, c’est du vandalisme. Mais nous, on prend soin de ne pas peindre nos oeuvres sur les murs des écoles ou des bâtiments religieux. Nos oeuvres, on les fait sur les murs d’endroits ayant une connotation particulière à nos yeux”.

Parmi les messages politiques des taggeurs, il y a par exemple la dénonciation des coupures d‘électricité ou encore la lutte contre la maltraitance des enfants.