DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Design automobile, la touche italienne


Culture

Design automobile, la touche italienne

Certaines voitures sont des tas de ferraille. D’autres sont des oeuvres d’art. Des petits bijoux du design automobile sont exposés en ce moment au musée Petersen de Los Angeles. Tous réalisés ou inspirés par les grands maîtres italiens de la discipline.

Si les designers transalpins n’avait pas eu le génie de dessiner de tels véhicules, la mythique Aston Martin de James Bond n’aurait sans doute pas été aussi mythique. Et Steeve McQueen aurait été privé de son inoubiable Ferrari 275 dans Bullit.

“Ce qui fait le succès du design à l’italienne, ce sont les lignes puissantes, les courbes”, explique le journaliste Matt Stone. Rien qu’en regardant la voiture, vous sentez son potentiel de vitesse. Ca donne un côté très sportif, très racé. Et je vous parle même pas du moteur ! Tout ça, ça donne envie de prendre le volant et de prendre du plaisir à la conduite”

“Le style italien est épuré. Tout est bien pensé, pas la peine d’en rajouter”, analyse Leslie Kendall, le conservateur du musée. “C’est de la beauté presque corporelle. Si la voiture était un corps humain, la carroserie serait comme les muscles qui entournent les éléments internes de la voiture. C’est un style très souple sans les fioritures que l’on peut voir sur d’autres véhicules”.

En pole position des modèles mythiques : la Cisitalia 202 Coupé, dessinée par Pininfarina en 1947.

“Cette voiture a révolutionné le design automobile après la Seconde guerre mondiale”, s’enthousiasme Leslie Kendall. “C’est certainement le modèle qui a le plus influencé l’industrie à l‘époque et certainement encore maintenant”.

Autre modèle inoubliable, la Fiat Supersonic de 1952, dont un exemplaire a été vendu aux enchères pour la modique somme de 1 million 350 mille euros aux Etats-Unis l’an dernier.

Et la légendaire Ferrari 250 Testa Rossa de 1957, encore dessinée par Pininfarina, créateur pour la marque au cheval cabré de la F40 et de la Enzo.

L’exposition aurait pu s’appeller “Retour vers le Futur”. D’ailleurs tous ceux d’entre vous qui ont regardé ce film se se souviennent sans doute de la Delorean DMC-12. Anonciatrice du célèbre design triangulaire typique des années 80.

Alors si vous aussi vous voulez retourner dans le futur, sachez que l’exposition fermera ses portes et ses portières en février 2013.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Mozart : le ténor Rolando Villazón régale le Festival de Verbier

musica

Mozart : le ténor Rolando Villazón régale le Festival de Verbier