DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La charge de Morsi au sommet des non-alignés


Iran

La charge de Morsi au sommet des non-alignés

Mohammed Morsi prend ses distances avec le régime syrien. Le président égyptien, qui participe jusqu‘à vendredi au sommet des non-alignés qui se tient à Téhéran, a ouvertement taclé le régime de Bachar al-Assad qu’il a qualifié de “répressif”.

Une entrée en matière inattendue qui a provoqué la colère de la délégation syrienne qui a préféré quitter la salle.

“Notre solidarité avec la lutte que mènent les Syriens contre un régime oppressif qui a perdu sa légitimité est un devoir moral et une nécessité politique et stratégique. Il y a aujourd’hui une révolution contre le régime tyrannique en Syrie. Il y a un devoir moral à soutenir le peuple syrien contre la répression menée par le gouvernement de Bachar al-Assad. Nous devons tous exprimer notre entière solidarité avec le combat de ceux qui recherchent la liberté et la justice en Syrie et traduire cette sympathie en une vision politique claire qui soutient une transition pacifique vers un système démocratique reflétant les demandes du peuple syrien de plus de liberté.”

Mais la situation en Syrie ne monopolise pas seule les débats. Car Téhéran souhaite aussi en finir avec l’isolement international dû à son programme nucléaire. Ali Khamenei, guide suprême de la révolution, a affirmé à ce sujet que son pays ne cherchait pas à se doter de l’arme atomique. Tout en précisant qu’il ne renoncera pas “à son droit d’exploiter pacifiquement l‘énergie nucléaire.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Cinq soldats australiens tués en Afghanistan