DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

USA : Tampa, c'est fait... en attendant la convention démocrate


Insight

USA : Tampa, c'est fait... en attendant la convention démocrate

Trois jours de liesse, d’espoir, de discours, de beaux sentiments, d’attaques en règle. Ainsi vont les conventions aux Etats-Unis. Ainsi s’achève celle des républicains, qui ont confirmé leur champion, Mitt Romney et son co-listier Paul Ryan.

Dernier jour consacré au discours du candidat, qui s’est adressé ainsi aux déçus d’Obama.

“Le temps est venu de laisser derrière nous les déceptions de ces quatre années. Vous savez, ce qui ne va pas après le boulot qu’il a fait, c’est quand le seul bon moment dont vous vous souvenez, c’est quand vous avez voté pour lui..”

Face à lui, 4 000 délégués gonflés à bloc, et un seul mot d’ordre: gagner en novembre.

“Je suis très excitée, nous allons reprendre en main notre pays, en finir avec Obama”, se réjouit cette américaine. «C’est la cerise sur le gâteau, ajoute ce républicain…Nous allons gagner en novembre, et rien ne peut nous arrêter maintenant. “

D’ici quelques jours, ce sera au tour des Démocrates de se rassembler pour leur grand show. En pleine convention républicaine, Michelle Obama passait elle aussi à la télévision: “Vous savez, personnellement, en tant qu‘épouse de celui contre lequel ils se battent, j’ai eu tendance à ne pas regarder s’est elle moquée. Mais je pense qu’il est important pour tout le monde de regarder ces conventions…”

La force tranquille des Obama. Les sondages sont avec eux pour l’instant, et surtout le locataire de la Maison Blanche est convaincu que les arguments et attaques de son adversaire ne peuvent être pris au sérieux : “son argument le plus fort, la raison pour laquelle les électeurs devraient voter pour lui, c’est le fait qu’Obama s’en est pris à l’Etat-providence, et qu’il va continuer. Le problème, c’est que tous les observateurs, tous les journalistes qui ont suivi les choses disent que c’est faux.”

Barack Obama affûte ses armes avant le grand rendez-vous de Charlotte, en Caroline du nord, du 3 au 6 septembre. Une convention qui devrait être bien différente de celle des républicains.

Pour en savoir plus, nous avons interviewé Cokie Roberts, journaliste à ABC News.

Adrian Lancashire, Euronews :
Cokie Roberts, bonjour, merci d‘être avec nous. C’est maintenant au tour des Démocrates de confirmer leur candidat à la présidence. Les enjeux sont importants pour le pays, il faut trouver les moyens d’avancer. Comment les Démocrates vont- ils présenter le efforts déployés par Obama sur le terrain économique, principalement les emplois? Ils ont même un ex-républicain comme l’un des principaux orateurs: Charlie Crist .

Cokie Roberts, analyste polique ABC News:
Les démocrates ont le grand avantage de tenir leur convention en deuxième, ils ont écouté tout ce qu’ont dit les républicains, et ils peuvent répondre. Ils ont des orateurs qui vont répondre vigoureusement aux arguments des républicains à Tampa, et ils vont le faire sans compter, vous pouvez en être sûr. Et, oui, ils ont un ancien Républicain, Charlie Crist – la dernière fois qu’il s’est lancé en campagne, c‘était comme indépendant. Ils lui ont parlé pendant la convention, les républicains avaient eux un ancien démocrate, Artur Davis, à la convention. Et c’est toujours un bonne chose pour un parti d’avoir quelqu’un qui dise pourquoi le parti adverse, dont il fut membre, n’est plus bon.

Euronews :
L’une des questions les plus importantes pour les électeurs, c’est les impôts. Les Démocrates peuvent-ils présenter leur vision de la fiscalité sous un jour positif?

Cokie Roberts:
Les Démocrates estiment qu’ils ont vraiment l’argument gagnant sur les impôts, et les sondages prouvent qu’ils ont raison sur ce point. La plupart des Américains pensent que c’est une bonne idée de taxer les gens qui gagnent plus de 250 000 dollars par an, peut etre que c’est une bonne idée de taxer les gens qui gagnent plus d’un million de dollars par an, et les démocrates disent que c’est exactement ce qu’ils essaient de faire: que les riches paient une juste part. Et ils assurent que les Républicains veulent
faire des cadeaux aux millionnaires – en particulier à des millionnaires comme Mitt Romney. Sur cet argument, les Démocrates se sentent en terrain très solide.

Euronews :
Les questions de politiques étrangère seront un thème majeur, comme la sécurité intérieure que défendra le sénateur John Kerry… La politique étrangère ne suscite pas toujours un gros intérêt dans les campagnes, alors pourquoi maintenant?

Cokie Roberts:
Eh bien, la politique étrangère ne suscite pas d’intérêt, sauf s’il y a une guerre qui vient perturber les Américains, comme cela s’est produit avec la guerre en Irak aux élections de 2006, ou la guerre du Vietnam dans les années 1970. Mais je pense que le président Obama estime que c’est l’une de ses réalisations marquantes. Dans tous nos sondages maintenant, il passe très bien sur la politique étrangère. Mitt Romney est considéré comme inexpérimenté à ce sujet, et bien sur, la plus grande réussite du président, que le sénateur Kerry ne manquera pas de mettre en avant, c’est la mort d’Oussama Ben Laden. Chaque fois que quelqu’un dit que le président Obama a été léger en politique étrangère, il répond “dites-le à Oussama Ben Laden”. Je pense que vous allez beaucoup entendre cela lors de la Convention démocrate.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Fatima Hamroush : " La Libye a encore des progrès à faire dans la lutte contre la corruption"