DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sortie de route pour l'industrie automobile européenne ?

Vous lisez:

Sortie de route pour l'industrie automobile européenne ?

Taille du texte Aa Aa

L’annonce a suscité un choc au sein de la classe politique française et au-delà. Peugeot prévoit de supprimer 8000 emplois et de fermer au moins une usine, déclenchant les protestations des salariés et du nouveau gouvernement socialiste.

Le constructeur automobile évoque une baisse de ses ventes sur fond de récession dans une grande partie de l’Europe.
Autre raison évoquée : la hausse des importations en raison d’un nouvel accord de libre-échange avec la Corée du Sud.
On critique aussi une productivité à la traîne, le montant élevé des taxes et le coût du travail.

D’après certains, il est grand temps de mettre fin à la surcapacité dans l’industrie automobile européenne et de procéder à des fusions. Pour d’autres, le problème est plus vaste : le coût du travail et la productivité devraient être améliorés dans de nombreux secteurs et le soutien aux activités anciennes ne devrait pas se faire au détriment de mesures d’encouragement à la création d’emplois dans les domaines d’avenir.

Connectés dans cette édition :
Ivan Hodac, secrétaire général de l’Association des constructeurs automobiles européens (ACEA) ;
Luc Triangle, secrétaire général adjoint de la Fédération syndicale européenne IndustriALL
et Catherine Trautmann, socialiste française et membre de la Commission Industrie, Recherche et Energie.