DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

François Hollande fixe le cap du redressement


France

François Hollande fixe le cap du redressement

“Moi je dois fixer le cap et le rythme. Le cap c’est le redressement de la France. Il y a un chômage élevé, une compétitivité dégradée, des déficits considérables, un endettement historique. J’ai pour mission de redresser notre pays et je vais fixer un agenda du redressement : deux ans. Vous me dites il faut accélérer, j’accélère. “

Fixer le cap, accélérer. François Hollande a voulu se donner l’image du patron lors de sa première grande intervention télévisée de rentrée, espérant ainsi faire taire les critiques et voir sa côte de popularité remonter. Devant les Français, le président a exposé son plan de bataille : priorité à l’emploi et à la réduction du déficit qu’il veut ramener à 3% du PIB dès l’an prochain grâce à de nouvelles mesures d‘économies. En tout, 30 milliards d’euros dont un tiers concerneront les dépenses de l’État. Tous les ministères à l’exception de l‘éducation, de la sécurité et de la justice, verront ainsi leur train de vie baisser. 20 milliards d’euros d‘économies seront par ailleurs réalisées grâce à de nouveaux impôts réparties entre les ménages et les entreprises.

Sur les marchés, ces nouvelles mesures font bien évidemment réagir. Les Français sont sceptiques, voire inquiets. “On va encore payer. C’est toujours les mêmes qui font les efforts”, dit une femme. “Si on nous taxe un peu plus, on ne va pas y arriver, on n’y arrive déjà pas”, explique une autre. Un homme se montre plus compréhensif : “Tout le monde doit participer, les riches un peu plus, les autres un peu moins, c’est normal”, dit-il.

Les ménages les plus favorisés et les grosses entreprises seront les plus taxés. Les revenus supérieurs à 150 000 euros seront ainsi imposés à hauteur de 45%. Et une taxe à 75% visera ceux qui touchent plus d’un million d’euros par an. La mesure, qui doit rester en vigueur pendant deux ou trois ans, concernerait entre 2000 et 3000 personnes. Et parmi elles, le patron de LVMH, Bernard Arnault, quatrième fortune mondiale, qui a jeté un pavé dans la marre en annonçant la veille de l’entretien du président sa volonté d’obtenir la nationalité belge. Malgré l’onde de choc, Hollande n’en démord pas et n’en démordra pas. “J’ai considéré que si on faisait cette réforme fiscale, si on demandait un effort, il était très important que ceux qui se rémunèrent très largement, plus d’un million d’euros, soient également conscients qu’il convient de montrer l’exemple pour être patriote.”

Maintenant que le cap est fixé, le capitaine Hollande n’a plus qu‘à espérer que ses objectifs de redressement de la France seront atteints.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les "supposés explosifs sont sans danger"