DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Législatives aux Pays-Bas : nouvelle coalition probable

Vous lisez:

Législatives aux Pays-Bas : nouvelle coalition probable

Taille du texte Aa Aa

La coalition au pouvoir aux Pays-Bas n’a pas tenu la route. Les libéraux du Premier ministre sortant Mark Rutte, associés aux chrétiens-démocrates, ont chuté à cause de l’austérité. Les Néerlandais doivent maintenant se rendre aux urnes ce mercredi pour des législatives anticipées, mais le scrutin de risque de déboucher sur un Parlement encore morcelé. Le Parti libéral et le Parti travailliste, au coude à coude dans les sondages, pourraient alors s’entendre pour former une coalition. Ils sont tous deux pro-européens.

Voilà qui ne satisfait pas du tout un réparateur de bicyclettes d’Amsterdam, qui vote pour l’extrême-droite. “A Bruxelles, proteste-t-il, ils tirent toutes les ficelles ! Ils gouvernent à la place des peuples, en faisant entrer de plus en plus de pays dans l’Union. Mais près de la moitié de ces pays sont en faillite, et nous devons travailler de plus en plus dur pour ceux qui n’arrivent pas à suivre le train en marche !” Le Parti de la liberté de Geert Wilders est clairement europhobe, mais le Parti socialiste, c’est à dire la gauche radicale aux Pays-Bas, n’est guère plus tendre avec les instances européennes. “Même si les partis du centre font de bons scores dans les sondages, rappelle Olaf Bruns, envoyé spécial d’Euronews aux Pays-Bas, les partis eurosceptiques de la gauche radicale et de l’extrême-droite sont crédités d’un quart, voire d’un tiers de sièges au Parlement. Et ils détestent l’Union européenne”.