DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Barroso en appelle au fédéralisme


Belgique

Barroso en appelle au fédéralisme

Fédération. Le mot fatidique lâché par le président de la Commission européenne dans son grand discours annuel devant les eurodéputés a fait mouche. Il a appelé à aller beaucoup plus loin dans l’intégration, quitte à prendre le risque d’une révision des traités.

“ L’actuelle Union européenne doit évoluer. Et n’ayons pas peur des mots : nous devons progresser vers une fédération d’Etats-nations. C’est ce dont nous avons besoin “, a-t-il lancé devant l’hémicycle.

“ Ce discours avait pour but de rétablir la confiance dans une Europe en pleine crise identitaire, explique notre envoyé spécial Enrico Bona, mais beaucoup de questions sont restées sans réponses. “

L’association des mots fédération et Etats-nations, faite en son temps par Jacques Delors, n’a pas contenté les fédéralistes pur jus. Parmi eux, le chef de file des libéraux au Parlement européen Guy Verhofstadt :

“ Ce que la crise autour de l’euro demande, c’est la créaction d’un vrai Etat fédéral, d’un Etat européen, d’un Etat qui a un trésor européen, un marché obligataire européen, un gouvernement européen, tout ça est nécessaire. Et ça dépasse naturellement les Etats-nations. C’est justement un transfert de compétences et de pouvoirs du niveau national vers le niveau européen. “

Côté socialistes, on appelle à des gestes concrets pour que l’austérité n’amène pas l’Europe à renoncer à son modèle social et que les sacrifices des pays sous programme soient soutenables.

“ Ce que Monsieur Barroso a fait aujourd’hui, c’est présenter une boîte à outils pour aider l’Europe à gérer la crise. La plupart vont la bonne direction. Mais notre groupe préfèrerait davantage d’insistance sur le besoin de réinventer l’Europe sociale “ , a commenté l’eurodéputée grecque Elena Koppa.

Le débat est en tout cas loin d‘être clos dans une Union frappée par la crise où le projet européen fédère moins. Les premières propositions seront mises sur la table à l’automne.

Prochain article

monde

Condamnations internationales après la mort de l'ambassadeur américain en Libye