DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hillsborough : Les excuses de Cameron


Sport

Hillsborough : Les excuses de Cameron

Vingt-trois ans après la tragédie de Hillsborough, David Cameron a présenté ses excuses aux proches des 96 supporteurs de Liverpool morts en 1989 dans cette bousculade. Le premier ministre britannique a parlé d’“une double injustice”, la faillite des secours et la tentative policière d’incriminer les victimes.

Ceci après la publication ce mercredi matin d’un rapport indépendant qui a révélé que jusqu‘à 41 personnes auraient pu survivre si les secours avaient été mieux organisés.

“Je dois aujourd’hui, en tant que Premier ministre, présenter des excuses aux familles de ces 96 personnes pour tout ce qu’elles ont enduré au cours des 23 dernières années, a déclaré David Cameron. En effet, a la lumière des nouvelles preuves qui nous ont été présentées aujourd’hui, il est clair à mon avis que ces familles ont subi une double injustice : celle de ce terrible événèment- c’est-à-dire l‘échec de l’Etat à protéger leur proches et l’attente insoutenable dela vérité- et puis l’injustice du dénigrement des personnes décédées, qui étaient en quelque sorte à blâmer de leurs propres morts.”

Le 15 avril 1989, en marge d’un 1/2 finale de Cup entre Liverpool et Nottingham Forest à Hillsborough, le stade de Sheffield, dans le Nord de l’Angleterre; une bousculade avait provoqué la mort de 95 supporters des Reds, un 96ème décès s’ajoutant à cette sinistre liste en 1993, après quatre ans de coma.

“Ce bilan déplorable de tant d‘êtres chers perdus a été aggravé par une tentative de blâmer les victimes, a poursuvi le premier ministre britannique. Un récit sur le hooliganisme de ce jour-là a été créé, ce qui a conduit un grand nombre dans le pays à accepter que c‘était en quelque sorte une zone floue. Le rapport publié aujourd’hui est clair : les fans de Liverpool sont pas responsables de la catastrophe.”

Le Premier ministre a cependant souligné que la Commission n’avait trouvé aucune preuve que le gouvernement d’alors, dirigé par Margaret Thatcher, aurait pu tenter de dissimuler la vérité. Mais il a admis que les gouvernements successifs, depuis le drame, “n’avaient pas fait assez pour contester publiquement les récits injustes et faux visant à incriminer” les supporters.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

Retour à la compétition de Yuvraj Singh, le Lance Armstrong du cricket