DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Législatives aux Pays-Bas sur fond de défiance vis-à-vis de Bruxelles


Pays-bas

Législatives aux Pays-Bas sur fond de défiance vis-à-vis de Bruxelles

Plus de douze millions de Néerlandais sont appelés aux urnes ce mercredi pour élire leurs députés. En toile de fond, il y a la crise de la zone euro. Les Pays-Bas font plutôt figure de bon élève et de plus en plus d’habitants en ont assez de financer des plans de sauvetage pour les pays du sud de l’Europe. Cette défiance envers Bruxelles pourrait s’en ressentir dans les urnes.

Les derniers sondages donnaient le parti libéral (VVD) dirigé par le Premier ministre sortant, Mark Rutte, au coude-à-coude avec les travaillistes du PvdA, emmenés par Diederik Samsom. Aucun des deux ne devrait obtenir seul la majorité. D’où la perspective d’une coalition.
Ces deux partis sont pro-européens, même si, durant la campagne, ils ont durci le ton vis-à-vis de l’Union européenne, à l’instar de leurs électeurs.

Cela va-t-il changer quelque chose dans l‘équilibre européen ? Pas forcément, répond Adriaan Schout, politologue à l’Institut Clingendael. “Les Néerlandais, et notamment Mark Rutte, ont toujours penché vers Angela Merkel et vers la droite, explique-t-il. Après ce scrutin, les choses pourraient changer un peu, mais pas trop. Car même avec le travailliste Diederik Samsom, les Pays-Bas ne vont pas s’aligner sur le président français Hollande. On restera dans la lignée d’Angela Merkel”.

Le parti populiste (PVV, parti pour la liberté) de Geert Wilders a, comme d’habitude, mené une campagne musclée contre l’Europe. Il estime que ce n’est pas aux Néerlandais de payer pour aider la Grèce ou l’Espagne. Et puis, il faudra aussi compter sur la gauche radicale qui dénonce les plans d’austérité dictés selon elle par Bruxelles.

Les premières estimations seront connues un peu après 21h00 (19h00 GMT).

Prochain article

monde

Un fonctionnaire américain tué dans l'attaque du consulat de Benghazi