Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • Afghanistan: trois morts dans un attentat suicide à Kaboul (police) – AFP
Mark Rutte va poursuivre sur la voie de l’Europe

Le jeune premier ministre néerlandais a réussi à se maintenir au pouvoir, avec un programme largement tourné vers Bruxelles, alors que la grogne et le sentiment anti-européen ne cessent de croître aux Pays-Bas depuis le début de la crise. Il a donc réussi son pari, à la fois en durcissant le ton vis à vis de l’Union Européenne tout en prouvant aux Néerlandais que leur intérêt en dépend.

Ce fringant célibataire de 45 ans est chef du parti populaire pour la liberté et la démocratie – les libéraux – depuis quatre ans lorsqu’il se présente aux législatives de 2010. Il est alors peu connu mais il fait mouche. Pour la première fois depuis sa fondation en 1948, le parti arrive en tête. Mark Rutte est chargé de former un gouvernement par la reine Beatrix. Il sera le premier chef de gouvernement libéral des Pays-Bas depuis 1918.

Ne disposant que d’un siège d’avance sur les travaillistes, pour gouverner, il doit s’allier aux populistes menés par Geert Wilders. Les deux s’accordent notamment sur une politique très stricte en matière d’immigration, mais la coalition butte sur l’Europe. Mark Rutte est pro-européen, de tendance “merkoziste” et pour lui, l’avenir du pays n’est pas concevable en dehors de l’Union Européenne, et de ses régles.

Or c’est justement sur la question de la réduction du déficit public, pour le ramener aux 3% exigés par Bruxelles que va s’effriter la coalition. Le leader populiste anti-européen et anti-euro est pour sa part loin d’accepter les “diktats” de Bruxelles. Les deux tenteront pendant plusieurs mois de négocier mais finalement le 21 avril, les pourparlers échouent. Le PVV de Wilders ne soutenant plus la majorité au Parlement, celle-ci s’effondre et le gouvernement est contraint de démissionner.

Le refus de l’extrême-droite néerlandaise de se soumettre à la rigueur budgétaire imposée par Bruxelles est donc à l’origine de ses élections anticipées.

La question est désormais de savoir si Mark Rutte aura cette fois les coudées franches pour mener sa politique ?

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :

Plus sur le même thème :