DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"L'innocence des musulmans" enflamme le monde arabe


Insight

"L'innocence des musulmans" enflamme le monde arabe

Le monde musulman s’enflamme après la diffusion sur internet d’un film mystérieux intitulé “L’Innoncence des musulmans”, dénigrant l’Islam et le prophète Mahomet. Des manifestations anti-américaines qui prennent de l’ampleur et une tournure parfois dramatique dans plusieurs pays musulmans.

Ailleurs, on est en alerte. C’est le cas notamment en Afghanistan où l’on craint de violentes émeutes. L’un des généraux de l’Otan a lancé hier un appel en ce sens.

“Nous avons immédiatemment réagi en entendant les violences outremer. Nous avons alerté l’ISAF et la communauté internationale. Nous sommes en dialogue avec les forces de sécurité afghanes concernant d‘éventuelles violences dans les jours à venir”, indique Roger Noble.

Ce n’est pas la première fois que les musulmans s’enflamment après des provocations contre l’Islam, Et c’est en Afghanistan, justement, qu’en février dernier de violentes manifestations avaient eu lieu durant plusieurs jours, faisant au total 36 morts après la révélation que des soldats américains avaient brûlé 315 exemplaires du Coran à la prison de Bagram.

Avant cela, l’affaire Terry Jones, pasteur
d’une misérable congrégation en Floride. En 2011, un an après avoir menacé puis renoncé à le faire, il organise la “Journée internationale du jugement du Coran”, et brûle le livre sacré et des portraits de Mahomet. Quelques jours plus tard, des milliers de manifestants mettent à sac l’antenne de l’ONU, à Mazar-e-Sharif, dans le nord de l’Afghanistan, où sept membres de l’organisation internationale sont tués.

Mais c’est en 2005 qu’a eu lieu l‘évènement le plus spectaculaire. C’est le scandale des caricatures de Mahomet. Une dizaine de dessins caricaturant le prophète, paru dans un journal danois, repris plus tard par plusieurs journaux au Danemark et ailleurs. L’affaire aura un retentissement énorme tant sur le plan diplomatique que dans la rue. Plusieurs dizaines de morts dans les manifestations qui suivent, et 7 ans plus tard les répercussions continuent.

Euronews : “ On l’a vu, les réactions massives et souvent violentes à la diffusion de caricatures, satyres, ou provocations à l’égard de l’islam ne sont pas nouvelles. Le scénario est souvent le même.
Pour tenter de le décrypter, avec nous Malek Chebel.
Bonjour, vous êtes anthropologue, spécialiste de l’islam et traducteur du coran
Alors, ce film, “L’Innocence des musulmans”,s’apparente fortement à ce qu’on appelle un navet, de mauvais goût, de mauvaise qualité, c’est clairement une provocation sans aucun fondement historique ou analytique. Alors pourquoi une telle réaction ?”

Malek Chebel : “Peut être parce que justement c‘était trop mauvais en réalité et en même temps dans cette médiocrité du film il y a quelque chose de l’ordre du mépris je pense pour le prophète de l’islam, tel que c’est perçu par les populations musulmanes.”

Euronews : “ On se souvient de films ou de caricatures à l’égard de Jesus par exemple, on peut citer « la dernière tentation du Christ » de Martin Scorcese, ou dans un style plus satyrique « la vie de Brian » des Monty Pithon, mais jamais une mobilisation des catholiques à l’échelle de ce à quoi on assiste ces jours-ci. Pourquoi cette différence ? “

Malek Chebel :
“ Parce que le catholicisme si vous voulez est déjà plus ancien, on va dire dans l’histoire et dans la chronologie, en plus la religion catholique est laicisée en quelque sorte , elle est secularisée depuis lontemps. Il y a eu les guerres de religion au sein même du catholicisme , ce qui n’a pas été le cas pour l’islam, surtout que l’islam sort d’une période un peu trouble , des colonisations, des décolonisations et il se cherche sur le plan existentiel et il se cherche une sorte de posture à plus long terme.”

Euronews : “ Concrètement on voit bien depuis plusieurs années, on ne peut plus se moquer ou critiquer l’islam. Qu’en est il de la liberté d’expression ? “

Malek Chebel : “ En fait, on ne peut pas critiquer le prophète qui est le modèle si vous voulez sur lequel s’identifie les gens et les croyants ont un lien pratiquement charnel avec le prophète Mohamed mais en revanche vous pouvez critiquer l’islam, l’islam est critiqué tous les jours dans des mesures acceptables . Maintenant pour ce film, il s’agit d’un dénigrement systématique et c’est ainsi que c’est perçu par les masses arabes qui n’ont pas la distance critique qui permet de comprendre l’histoire de l’image et sa force en occident. Ils n’ont pas cette distance et donc eux, ils tiennent pour argent comptant si je puis dire tout ce qui attaque l’islam et en particulier le prophète mahomet.”

Euronews : “ Alors que l’identité du réalisateur ou des protagonistes derrière ce film n’est toujours pas très claire, on sait notamment qu’il a été soutenu et promu par Terry Jones ce pasteur fou qui s’est rendu célèbre l’an dernier en brûlant des corans. Il s’agit d’extremistes, pas soutenus par les autorités américaines bien sûr, mais croit-on le contraire dans les pays arabes ?”

Malek Chebel : “ Ils ne font pas la distinction entre l’occident officiel si vous voulez, l’Occident des élites politiques par exemple et l’Occident de la base et en particulier des intégristes, parce que d’abord dans l’islam il n’y a pas cette distinction, donc tout ce qui vient de l’occident le bien et le mal c’est toujours l’occident.

Euronews : “ Le monde arabe est en pleine mutation depuis le printemps arabe, ceci explique t-il cela ? Y a-t-il un contexte particulier qui favorise cet embrasement ?”

Malek Chebel : “ Moi je ne vois pas ce contexte direct, il n’y a pas de causalité entre le printemps arabe et cette réaction, la preuve, c’est qu’il y en a eu d’autres avec les caricatures , avec le tchador, avec les minarets etc, donc je ne vois pas de lien. Ceci étant, vous avez raison le fait que la parole se libère et qu’il n’y ait plus de dictateurs à l’interne, c’est une vraie liberté d’expression , parce qu’il n’y a pas la repression qu’il y avait avant au temps de Moubarak, de Ben ali et de tous les dictateurs.”

Euronews : “ Faut il s’attendre à pire dans les jours ou les semaines qui viennent ? “

Malek Chebel : “ Moi je pense que les integristes, les salafistes, les fondamentalistes , les gens justement qui detestent l’occident , les caciques des systèmes de Ben Ali, de Khadafi, de Moubarak, tous ceux qui ont été exclus des privilèges évidemment régaliens qu’ils avaient avant, ceux là vont vouloir se venger d’une manière ou d’une autre et donc vont essayer d’atiser la haine des groupuscules qui alimentent ces mouvements.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Pays-Bas : balle au centre