DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'inquiétude des chrétiens du Moyen-Orient

Vous lisez:

L'inquiétude des chrétiens du Moyen-Orient

Taille du texte Aa Aa

En se rendant au Liban, le pape Benoît XVI veut envoyer un message d’espoir aux chrétiens du Moyen-Orient tentés par l’exil. Car le pays du Cèdre fait figure d’exception dans cette région berceau du christianisme, mais où l’islam est depuis des siècles la religion majoritaire.
Ici, la liberté de culte et de conscience est gravée dans le marbre de la Constitution en son article 9.

A l’aéroport Rafic Hariri de Beyrouth, sont arrivés ces derniers jours des religieux d’Eglises chrétiennes de partout au Moyen-Orient.

“ Nous aimons venir au Liban parce que c’est un pays hospitalier et nous sommes venus accueillir sa sainteté le pape, explique Elias Chakkour un évêque palestinien. Nous sommes ici avec un groupe de prêtres de Haïfa et de Terre Sainte.”

“ Nous sommes venus écouter sa sainteté le pape parce que sa visite au Liban et dans la région est très importante, c’est un événement historique et cela concerne tout le Moyen-Orient. J’espère que ça va revigorer tout le Moyen-Orient “ dit un prêtre jordanien.

Au Liban, on compte pas moins de treize communautés chrétiennes, dont six Eglises d’Orient rattachées à Rome. La plus importante en nombre est l’Eglise maronite, à laquelle doit appartenir le chef de l’Etat d’après la Constitution. Les maronites sont aujourd’hui moins d’un million. Depuis la guerre civile, leur influence a diminué. Comme partout aux Moyen-Orient, les chrétiens partent, fuyant la violence.

Aujourd’hui, il reste entre 13 et 15 millions de chrétiens dans la région.

Au Liban, ils sont 1,6 million soit 35 % de la population, ils etaient 51% en 1932.
En Syrie, il sont 1,1 million, soit 15 % de la population.
En Egypte, ils seraient quelques 8 millions, soit 10 % de la population.
En Irak enfin, ils étaient 1,5 millions, soit 5% de la population avant 2003.

Depuis l’intervention américaine en Irak, quelques 550 000 chrétiens chaldéens ont quitté ce seul pays, un exode silencieux vers l’Europe, la Turquie et les Etats Unis pour fuir la violence islamiste et la pauvreté.

Un scénario qui serait en train de se reproduire en Syrie. Les chrétiens y sont souvent jugés comme plutôt favorables au régime de Bachar al-Assad et beaucoup, dans la région de Homs notamment, auraient fui l’avancée des rebelles pour se réfugier à Damas ou même…au Liban.