DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand Yeongam se rêve en nouveau Monte Carlo

Vous lisez:

Quand Yeongam se rêve en nouveau Monte Carlo

Taille du texte Aa Aa

En 2010, la paisible province de Yeongam, située en Corée du Sud, a perdu un peu de sa tranquillité avec l’ouverture d’un nouveau circuit de Formule 1. Coût du projet : 167 millions d’euros.

C’est inhabituel et pourtant le parcours de 5,62 km se fait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Les virages sont conçus pour mettre les pilotes à l‘épreuve. Derrière la construction de ce circuit, on retrouve l’allemand, Hermann Tilke, architecte de Formule 1.

En voiture avec notre guide, Dong-Yul Na. Il est l’un des conducteurs de voiture de sécurité et il explique les principales caractéristiques de ce circuit. “Après les deux premiers virages, vous avez la ligne droite qui fait 1,2 km. L’année dernière, c’est ici que Michael Schumacher a battu le record de vitesse. Vous pouvez atteindre les 320 km/h !”.

“Le troisième virage est le plus difficile de tout le circuit. Vous passez de 300 à 80 km/h. Juste ici, Schumacher a eu un accident l’année dernière avec Vitaly Petrov et il a dû abandonner.” “Juste à droite, il y a la Marina qui se situe sur le lac Yeongam. C’est ici qu’on va construire une ville nouvelle avec des hôtels et des équipements de loisirs. Vous pourrez alors observer la course à bord de votre yacht, comme à Monte Carlo.
Maintenant, on arrive au dernier virage, le dix-huitième. C’est là que se trouve le pont “hanok”, symbole du circuit et selon moi, c’est le plus bel endroit.”

Pour l’instant, le circuit international de Corée se situe dans un endroit très rural, à quelques pas de la Mer Jaune. Les hôtels et autres équipements d’accueil sont peu nombreux. C’est la raison pour laquelle beaucoup de gens ne viennent pas voir la course. Néanmoins, plusieurs projets sont à l‘étude pour mettre fin à cette situation. Le gouverneur de Jeolla du Sud, Joon-Young Park, donne quelques pistes de travail.
“On dispose de trois axes pour améliorer le projet et ses environs. Le premier, c’est un circuit de karting qui ouvrira bientôt. Le second, c’est la construction d’un site industriel de voitures qui devrait débuter en 2013. Le troisième et le plus important, c’est la ville écologique avec une zone résidentielle, des hôtels, des casinos et des parcours de golf”, explique-t-il.

Cette ville nouvelle rivalisera avec sa dynamique voisine, Mokpo. Située sur les bords de la Mer Jaune, Mokpo est une ville qui vit de la pêche, des activités de la ferme et de l’ingénierie marine. Le tourisme y est aussi très actif grâce à ces paysages splendides tels que le Mont Yudal et ses nombreux archipels.

Mais au début, tout le monde ne pensait pas du bien du Grand Prix. Beaucoup d’habitants l’imaginaient comme un fardeau très lourd à porter. Trois ans plus tard, les mentalités ont évolué, on compte davantage de supporters de la F1.

Reste un objectif à atteindre pour que ce sport devienne le plus populaire du pays. Un pilote qui pourrait défendre les couleurs nationales.

“ A l’heure actuelle, nos meilleurs espoirs n’arrivent pas à la cheville des Vettel & Co. Et c’est pour cela qu’on a mis en place des “projets de développement” pour les jeunes pilotes. Je suis sûr qu’on finira par en avoir un en Formule 1”, explique Dong Shik Byun, le président de l’Association coréenne de sport automobile.

En attendant l’arrivée des spectateurs, les sud-coréens se tiennent prêts pour cette nouvelle édition du Grand Prix de Corée, prévue le 14 octobre prochain. Une fois de plus, le spectacle risque bien d‘être au rendez-vous.