DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Alep bombardée, Alep martyrisée mais Alep veut survivre

Vous lisez:

Alep bombardée, Alep martyrisée mais Alep veut survivre

Taille du texte Aa Aa

Une de nos équipes se trouvent toujours à Alep. La deuxième ville syrienne vit au rythme des bombardements incessants. Les hélicoptères mitraillent à tout va. Au loin, on entend les avions de chasse mais au sol, le choc est terrible dès le matin pour la population à l’image de cet homme maculée de poussière après un bombardement tout près de l’hôpital où nos reporters se trouvaient dimanche.

“Ils ont frappé nos maisons avec trois missiles. On a quitté nos maisons et maintenant on cherche du pain. Qu’est ce que vous voulez que je vous dise ? On demande la protection de Dieu”, explique cet homme.

“Mes enfants ont besoin d’une transfusion de sang par mois. L’hiver arrive, qu’est ce qu’on va faire, ca va être difficile, J’espère pouvoir trouver une solution, c’est vraiment regrettable ce qui arrive ici en Syrie”, raconte cette mère.

Et pourtant, malgré cette atmosphère de chaos, la vie quotidienne perdure.

Fin de la journée. Aux portes de l’hôpital de ce matin, deux cratères sont apparus, deux bombes ont explosé avant notre passage. Avertissement ou message on ne sait pas… la ville porte les stigmates d’un siège. Parmi les cibles aussi, des écoles comme celle de ses enfants qui regardent leur classes dévastées à travers une porte défoncée.

“La rentrée scolaire a beau avoir officiellement démarré en Syrie, la plupart des écoles sont restées portes close à Alep, et pour cause. Une bonne partie d’entre ellles a été réduite à néant, comme celle qui se trouve juste derrière moi. Pendant ce temps, les bombes continuent de pleuvoir sur la deuxième ville du pays. Alep, Farouk Atig euronews.