DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marée noire de l'Erika : dernier acte judiciaire

Vous lisez:

Marée noire de l'Erika : dernier acte judiciaire

Taille du texte Aa Aa

C‘était le 12 décembre 1999. Au large des côtes françaises de Bretagne, le navire pétrolier Erika fait naufrage. Ce cargo vieux de 25 ans, affrété par le groupe français Total provoque une gigantesque marée noire.

En 2008, Total est condamné à payer près de 200 millions d’euros pour pollution. Un jugement confirmé en appel en 2010.

Cet après-midi, dernier acte. La cour de cassation de Paris va dire si elle valide définitivement les condamnations. Les avocats des parties civiles craignent une annulation.

“Cela serait une décision extrêmement grave”, souligne Patrice Spinosi, avocat des parties civiles. “Puisque le signal serait donné que pour un drame comme celui de l’Erika, du seul fait que le naufrage est intervenu hors des eaux territoriales, dans une zone avant la haute mer, il n’y aurait pas de possibilité d’une responsabilité pénale de quiconque et encore moins de Total”.

L’enjeu de cette décision n’est pas financier puisque le groupe Total a versé la somme qu’il devait, en précisant qu’il ne demanderait aucun remboursement si la procédure judiciaire était annulée.

Mais les parties civiles craignent qu’une cassation soit synonyme d’impunité pour les pollueurs.

La marée noire de l’Erika a souillé 400 kilomètres de côtes et mazouté quelques 150 000 oiseaux.