DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Iran et la Syrie au coeur de l'Assemblée générale de l'ONU


monde

L'Iran et la Syrie au coeur de l'Assemblée générale de l'ONU

Ces deux dossiers sensibles dominent la 67ème session annuelle de l’ONU à New York.

Barack Obama a jugé que la voie diplomatique n‘était pas épuisée pour tenter d’apaiser les tensions liées au programme nucléaire iranien. Il a toutefois averti que “le temps n’est pas illimité”.
Les Etats-Unis feront ce qu’ils doivent faire pour empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire sans donner plus de précision sur une éventuelle action militaire.

“Tout comme il restreint les droits de son propre peuple, le gouvernement iranien continue de soutenir un dictateur à Damas et il soutient des groupes terroristes à l‘étranger. Maintes et maintes fois, il n’a pas réussi à profiter de l’occasion pour démontrer que son programme nucléaire était pacifique, et respecter ses obligations vis-à-vis de l’Organisation des Nations unies.”

L‘émir du Qatar a lui appelé à une intervention militaire arabe en Syrie :

“Tous les moyens ont été employés pour obtenir de la Syrie qu’elle sorte de ce cycle infernal, mais c‘était en vain. Le Conseil de sécurité n’a pas réussi à atteindre une position efficace. Compte tenu de cela, je pense qu’il est préférable pour les pays arabes eux-mêmes d’intervenir conformément à leurs devoirs national, humanitaire, politique et militaire”.

Le président égyptien Mohamed Morsi a lui tenu à rassurer sur les droits des femmes et des minorités dans son pays lors de sa rencontre avec Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l’ONU. Ils seront protégés car l’Egypte restera un Etat pluraliste et laïc.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Violences lors de manifestations à Madrid contre l'austérité