DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La France à l'heure de la rigueur budgétaire


France

La France à l'heure de la rigueur budgétaire

Le président français François Hollande était en visite ce vendredi au salon de l’automobile à Paris. Mais pas question d’acheter les beaux modèles, ni pour lui, ni pour l’Etat : l’heure est en effet aux restrictions, avec un projet de loi de finances qui prévoit 10 milliards d’euros d‘économies sur les dépenses publiques, 10 milliards d’euros de prélèvements supplémentaires sur les entreprises.

“(On demande) un effort aux grandes entreprises, a commenté François Hollande, parce qu’elles ont un mécanisme de déductions d’impôts sur les sociétés qui les met finalement en avantage par rapports au PME. Donc, les grandes entreprises vont faire un effort et les PME ne seront, à aucun moment, touchées par quelque mesure que ce soit, au contraire”.

Dernier volet de cet effort fiscal : des prélèvements supplémentaires sur les ménages. Il s’agit de dégager 10 milliards d’euros, notamment en taxant les revenus du capital. Le ministre des Finances, Pierre Moscovici s’en est expliqué: “ceux qui s’enrichissent en dormant qui avaient une fiscalité extrêmement favorable en matière de capital ne doivent pas être outrageusement favorisés par rapport à ceux qui peinent en travaillant. Tout ce budget, il a été bâti de telle facon que ce sont ceux qui ont le plus qui contribuent d’avantage, sans pour autant pénaliser leur capacité à investir dans le futur”.

L’objectif du gouvernement français, c’est de ramener le déficit public à 3% du PIB l’an prochain.

“La peur des Français, explique Giovanni Magi, le correspondant d’euronews à Paris, c’est qu’il va falloir payer non seulement pour faire face à la crise, mais aussi continuer à financer le système de protection sociale. Apparemment, ici comme ailleurs, l’heure de la rigueur a sonné”.

Prochain article

monde

Allemagne: enquête pour déterminer l'origine de l'épidémie de gastro-entérite