DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nucléaire : la réaction de l'Iran à la "bombe" de Netanyahu à l'ONU


Israël

Nucléaire : la réaction de l'Iran à la "bombe" de Netanyahu à l'ONU

Ce jeudi, à la tribune de l’Assemblée Générale de l’ONU, Benyamin Netanyahu ne pouvait être plus explicite sur le danger iranien.
Se référant à l’image d’une bombe dont la mèche est allumée, le Premier ministre israélien plaidait pour imposer à Téhéran une ligne rouge à ne pas franchir dans son programme nucléaire.

Une menace dont les Etats devraient s’abstenir a estimé hier le chef dela diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi.

“La promotion de la sécurité nucléaire est l’affaire exclusive de l’Etat, a-t-il ajouté.
Le Conseil de sécurité doit cesser d’utiliser ce type de débats comme prétexte pour se comporter comme une instance législative.
Il devrait plutôt se concentrer sur ses responsabilités telles que définies dans la charte de l’ONU, et employer son autorité contre ces Etats qui recourent au cyber-attaques et au sabotage dans les installations nucléaires pacifiques, ou qui tuent des scientifiques nucléaires d’autres pays.”

Ces dernières semaines, Benyamin Netanyahu s’est montré pressant envers Washington, afin de fixer un ultimatum à Téhéran.
Si Barack Obama a jusque-là refusé, il a admis qu’il était déterminé à ne pas laissé l’Iran se doter de l’arme nucléaire.

“Obama a dit assez clairement qu’un Iran nucléaire était inacceptable, analyse Charles Kupchan, professeur de Relations internationales à l’Université de Georgetown.
S’il n’ y a pas un accord prochain sur les installations et le programme iraniens visant à se doter de l’arme atomique, d’ici fin 2012 ou début 2013, je pense que le risque d’une intervention militaire américaine est assez élevé.”

A l’ONU, Benyamin Netanyahu a laissé entendre qu’Israël n’attaquerait pas l’Iran avant le scrutin présidentiel américain du 6 novembre… Histoire de ménager son allié américain.

Prochain article

monde

L'Affaire "Vatileaks" devant le tribunal du Vatican