DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Australie : la Grande barrière de corail en grave danger

Vous lisez:

Australie : la Grande barrière de corail en grave danger

Taille du texte Aa Aa

Une équipe de scientifiques australiens vient de publier ce mardi une étude qui révèle que la Grande barrière de corail a perdu la moitié de ses coraux au cours des 27 dernières années. De plus, les chercheurs de l’Australian Institute of Marine Science et de l’université de Wollongong (Nouvelle-Galles du Sud) ont également indiqué que si rien n’est fait pour protéger la Grande barrière, elle pourrait disparaître d’ici 2022.

Selon cette étude les responsables de cette inquiétante dégradation sont :


  • les nombreuses cyclones (34 depuis 1985) qui frappent les côtes est de l’Australie, où se trouve la grande barrière : 48 % des pertes totales

  • la « voracité » d’une étoile de mer, l’acanthaster pourpre, très invasive : 42 %

  • deux importants « épisodes » en 1998 et 2002 de blanchissement, phénomène de dépérissement du corail, lié au réchauffement des océans : 10 %


Encore plus alarmant, le rythme des dégâts s’accélère. Ainsi, les deux tiers des pertes coralliennes ont été observées depuis 1998.

Selon l’un des auteurs de l’étude, Hugh Sweatman, le corail pourrait se reconstituer. « Mais la reconstitution prend entre 10 et 20 ans. Actuellement, les intervalles de temps entre les nuisances sont en général trop courts pour une reconstitution complète et c’est ce qui entraîne les pertes à long terme », nuance t-il.

Une autre piste serait de lutter contre la fameuse étoile de mer. La prolifération de l’acanthaster est liée au rejet massif de nitrates agricoles en mer. Ces nitrates favorisent le développement d’une algue bien particulière, lieu de ponte favori des étoiles de mer.

D’une superficie de plus de 340 000 km2, la Grande Barrière de corail est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981 et représente le plus important ensemble de récif corallien du monde. Elle abrite également de nombreuses espèces vivantes.