DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Géorgie: l'opposition revendique la victoire aux législatives

Vous lisez:

Géorgie: l'opposition revendique la victoire aux législatives

Taille du texte Aa Aa

En Géorgie, la coalition d’opposition devancerait le parti au pouvoir à l’issue des législatives, selon les résultats partiels livrés ce mardi matin par la commission électorale. Le mouvement Le Rêve géorgien dirigé par le milliardaire Bidzina Ivanichvili aurait obtenu 52% des voix contre 42% pour le parti de Mikheïl Saakachvili. Cela concerne la moitié des sièges attribués à la proportionnelle, l’autre moitié étant attribuée au scrutin uninominal. 
 
En tout cas, dans le camp de Bidzina Ivanichvili, la victoire ne fait aucun doute. “Notre premier objectif, affirme David Usupashvili, un des cadres du mouvement Le Rêve géorgien, c’est de rassembler la société. Pendant des années, la population a été divisée. Et cette campagne électorale a particulièrement scindé le pays”.
 
“Je suis heureuse parce que cela marque la fin des tensions dans notre pays, dit une jeune militante de l’opposition. Les gens ont pu exprimer leur opinion librement, sans être intimidés”.
 
Dans le camp du président Saakachvili, on assure que rien n’est joué. Son parti, le Mouvement national unifié (MNU), revendique même la victoire dans l’attribution des sièges au scrutin majoritaire.
 
Dans l’assemblée sortante, élue en 2008, le camp Saakachvili détenait 119 des 150 sièges. Il faudra encore attendre pour connaître la redistribution définitive des sièges dans la nouvelle assemblée.
 
En tout cas, selon la commission électorale, le scrutin s’est déroulé globalement dans le calme. Par ailleurs, les observateurs de l’OSCE feront ce mardi, leur premiers commentaires sur cette élection. 
 
“La fête durant cette soirée électorale en dit long sur le besoin de changement, commente Sergio Cantone, l’envoyé spécial d’euronews à Tbilissi. La Géorgie sera-t-elle capable de faire face aux profonds changements nécessaires au niveau intérieur comme au niveau de la politique étrangère ? C’est la question à laquelle devront répondre ceux qui dirigeront le pays dans les prochaines années”.