DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'art dans le sang


le mag

L'art dans le sang

En partenariat avec

Certains artistes peignent avec leurs tripes. Vincent Castiglia, lui, peint avec ses veines.

L’artiste newyorkais expose en ce moment ses oeuvres dans sa ville natale. Des oeuvres peintes avec son propre sang. Forcément, question couleurs, ce n’est pas très varié. Mais il faut reconnaître que les oeuvres de Vincent Castiglia glacent le sang.

“Ce qui m’a vraiment inspiré, c’est mon besoin d‘être connecté à mon travail, à un niveau intime”, explique l’artiste. Chaque peinture est une partie de moi. Cela enlève toute barrière qui pourrait se tenir entre l’art et l’artiste, au sens littéraire”.

D’après Vincent Castiglia, peindre avec son propre sang, c’est pareil qu’utiliser de la peinture. Sauf que c’est beaucoup plus dangereux. L’artiste a du être hospitalisé en 2008, alors qu’il préparait sa première exposition.

“J’ai un peu perdu le fil et je prélevais trop de sang”, explique Vincent Castiglia. “Parce que j‘étais concentré sur mon travail et rien d’autre. J‘étais très faible, j‘étais pressé et je suis tombé dans les pommes. Ensuite j’ai du être opéré”.

Si comme Vincent, vous avez l’art dans le sang, son exposition à la Sacred Gallery dure jusqu’au 31 octobre. L’endroit est parfait pour fêter Halloween.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Mika se livre dans son troisième album