DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

EADS/BAE Systems : échec du projet de fusion

Vous lisez:

EADS/BAE Systems : échec du projet de fusion

Taille du texte Aa Aa

Ils ont dit STOP ! L’avionneur européen EADS et le spécialiste britannique de la défense BAE Systems ont renoncé à fusionner devant le désaccord des gouvernements qui devaient l’autoriser.

Berlin a été clairement pointé du doigt par les entourages des deux groupes comme étant le responsable de cet échec, sans que les raisons de ce bloquage allemand soit mentionnées.

Officiellement le gouvernement Merkel n’avait posé officiellement qu’une seule condition à son accord : conserver la parité franco-allemande au sein du capital du nouveau groupe, ce que la Grande Bretagne avait accepté.

Le gouvernement français qui détient 15% du capital d’EADS aux côtés du groupe Lagardère 7,5% aurait réduit sa participation à 9% après la fusion et l’Allemagne aurait fait de même. L’espagnol CASA aurait vu également sa participation de 5% et demi diluée également.

Une fusion entre EADS, spécialisé dans l’aéronautique civile et le britannique BAE Systems, plutôt spécialiste de l’armement et des systèmes de défense aurait rééquilibré les activités des deux groupes entre le civil et le militaire et donné naissance au N°1 mondial du secteur aéronautique et de défense.

Mercredi soir, l’Allemagne refusait d’assumer seule la responsabilité de l‘échec du projet de fusion, affirmant qu’il y avait eu aussi des réserves du côté français.

Chez BAE Systems, on affirme que la position britannique était plus proche de la française que de l’allemande.