DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Turquie hausse encore le ton

Vous lisez:

La Turquie hausse encore le ton

Taille du texte Aa Aa

La Turquie menace la Syrie d’une réponse plus puissante si elle tire encore vers son territoire. C’est le chef de l’Etat-major, le général Necdet Özel qui l’a dit aujourd’hui lors de sa visite au village frontalier turc d’Akçakale.

Après une rencontre avec les familles des 5 civils tués par des tirs syriens le 3 octobre, le chef de l’Etat-major a poursuivi sa tournée d’inspection du déploiement de troupes à la frontière avec la Syrie.

L’artillerie turque répond systématiquement aux tirs d’obus venant de la Syrie, qui visent les rebelles, mais qui à six reprises sont tombés dans le district turc de Hatay, depuis l’incident meurtrier d’Akçadale.

Celui-ci est le plus grave entre la Turquie et la Syrie depuis la destruction d’un avion de chasse turc par la défense anti-aérienne syrienne en juin dernier.

Dès le lendemain, le gouvernement turc obtenait le feu vert de son parlement pour mener, si nécessaire, des opérations militaires en Syrie.

Sans y voir un mémorandum de guerre, l’affaire a provoqué l’inquiétude du président turc Abdullah Gul : “Le pire scénario que nous redoutions tous a lieu en ce moment en Syrie, le peuple syrien souffre énormément, et comme vous l’avez vu, de temps en temps, nous sommes aussi touchés. Certains de nos citoyens y ont trouvé la mort.”

Autre conséquence de l’escalade, l’engagement potentiel de l’OTAN si la Turquie faisait appel à l’article 5 du traité qui considère l’attaque portée
à un membre comme une attaque à tous.

“Nous avons pris les mesures nécessaires et nous sommes assurés que tous les plans sont en place pour protéger et défendre la Turquie, vous comprenez aisément pourquoi nous ne pouvons pas donner de détails concernant de tels plans”, a précisé Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l’Otan.

La Turquie qui fait partie de l’OTAN depuis 1952, est un ancien allié de la Syrie, mais depuis la répression violente de l’opposition qui a dérivé en guerre civile, Ankara a tourné le dos à Bachar al Assad.