DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie: Human Rights Watch dénonce l'utilisation d'armes à sous-munitions


Syrie

Syrie: Human Rights Watch dénonce l'utilisation d'armes à sous-munitions

L’armée syrienne a recours à des bombes à sous-munitions contre des populations civiles. C’est du moins ce qu’affirme Human Rights Watch, dans un rapport publié ce dimanche. L’ONG s’appuie sur des vidéos et des témoignages de civils. Ils racontent comment, ces derniers jours, des avions et des hélicoptères ont bombardé notamment Maaret al-Noomane. Cette ville, aux mains des insurgés, est située au bord de l’autoroute qui relie Damas et Alep.

“Le gouvernement syrien doit arrêter immédiatement l’usage de ces armes d’une dangerosité inacceptable, affirme Philippe Bolopion, directeur de Human Rights Watch (HRW) auprès de l’ONU. Les bombes à sous-munitions qu’on voit dans ces vidéos sont de type RBK-250, de fabrication soviétique. Il s’agit donc d’armes anciennes. On ne sait pas comment elles sont arrivées en Syrie. En tout cas, elles sont particulièrement dangereuses car elles sont moins susceptibles d’exploser immédiatement, mais elles peuvent exploser plus tard. Et cela constitue un vrai danger pour les civils, les enfants, et ce, durant des semaines, des mois, voire des années”.

Human Rights Watch avait déjà signalé ces derniers mois l’utilisation de bombes à sous-munitions par le régime de Bachar al-Assad.

Une convention internationale interdit l’usage de ce type d’armes. Or, la Syrie n’a pas signé cette convention.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Remaniement gouvernemental au Vénézuéla