DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La poussée des indépendantistes flamands enthousiasme ou inquiète


Belgique

La poussée des indépendantistes flamands enthousiasme ou inquiète

Toute la presse belge ne parle que de ça : la poussée du parti indépendantiste flamand N-VA aux élections municipales de la veille. Et surtout, la première ville de Flandres, Anvers, est passé à droite.
Un succès qui représente un pas de plus vers la scission de la Belgique.

“Je trouve ça bien qu’il y ait un changement, dit un passant. Je n’avais rien contre le précédent maire. Cet homme avait fait de son mieux, mais d’un autre côté c’est bien d’avoir de nouvelles idées, de nouvelles méthodes. On va voir ce que ça va donner.”

“A cause du N-VA, j’ai peur pour l’existence de la Belgique, rajoute un autre homme, je crois que c’est un pas vers une Flandres indépendante.”

Bart De Wever a chassé de la mairie d’Anvers les socialistes, présents depuis 60 ans. Il a siphonné les voix du parti d’extrême-droite Vlaams Belang, et vise selon la presse belge les élections législatives de 2014.
Le Premier ministre Elio Di Rupo a rejeté l’appel de Bart De Wewer à négocier un Etat confédéral.
Cette victoire des nationalistes flamands va déstabiliser un peu plus encore un pays en crise d’identité.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une demande d'aide de l'Espagne coûterait cher à l'Italie