DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le jour ou la tempête s'abattit sur le Prestige

Vous lisez:

Le jour ou la tempête s'abattit sur le Prestige

Taille du texte Aa Aa

Le Prestige, c‘était l’un de ces bateaux poubelle anonymes qui sillonent l’océan jusqu’au jour ou ils sont malmenés par une tempête. Pour le Prestige, ce fut le 13 novembre 2002. En pleine tempête, le navire, un pétrolier monocoque libérien battant pavillon aux Bahamas et avec 77 mille tonnes de fuel à bord, subit une voie d’eau face aux côtes de Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne.

Pendant six jours, il est remorqué pour l‘éloigner de la côte, suivant la décision du gouvernement espagnol.

Le 19 novembre à 8 heures du matin, le Prestige se casse en deux et coule à 4000 mètres de profondeur dans l’Océan atlantique.

Quelque 50 000 tonnes de fuel lourd s‘échappent alors de la coque, polluant le littoral espagnol, portugais et français sur des milliers de kilomètres.

Mais c’est la Galice qui sera la plus touchée, une épaisse marée noire va couvrir une bonne partie de son littoral occidental. Une catastrophe environnementale majeure pour la région : la pêche artisanale et l’aquiculture en payeront les frais, mais aussi la nature : 25 secteurs protégés sont touchés et 115 000 oiseaux périssent.

La catastrophe suscite un énorme émoi, une mobilisation massive : plus de 300 000 volontaires, venus de toute l’Europe participent au nettoyage des plages et des roches souillées en Galice.

La gestion politique de la catastrophe par le gouvernement de José María Aznar, qui avait ignoré la marée noire, va provoquer une vague de protestations sans précédent en Galice et ailleurs en Espagne, comme à Madrid trois mois après le naufrage.

Dix ans plus tard, le Prestige git toujours par 4000 mètres de fond. En 2006, de nouvelles fuites de fuel ont été détectées, un nouveau colmatage a été réalisé en 2007. Mais à ce jour, on ignore combien de fuel est toujours dans l‘épave.