DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des maisons closes au secours du football !


Sport

Des maisons closes au secours du football !

A l’heure où la Grèce est plongée dans la crise, difficile de trouver des entreprises prêtes à investir dans le sport. Difficile mais pas impossible, comme le montre cet exemple, celui du club de football amateur de Voukefalas, dans la ville de Larissa. Les nouveaux sponsors qui s’affichent sur ses maillots sont deux maisons closes !

La patronne de l’une ces maisons, Soula Alevridou, jure avoir payé plus de 1.000 euros pour les tuniques que les joueurs n’ont finalement pas eu le droit de porter. Et elle feint de ne pas comprendre la polémique née de cette initiative dans un pays où la prostitution est légale.

Soula Alevridou : “Ils font de la publicité pour des sociétés de paris sportifs, pour différentes loteries, alors qu’est-ce que ça veut dire ? Mon sponsoring leur pose un problème ? Oubliez ça. Cela n’a aucun sens, c’est de l’hypocrisie”.

De toute façon, le Président du club, Yiannis Batziolas, affirme qu’il n’a pas d’autre choix, avant de raconter cette anecdote.

Yannis Batziolas : “Madame Soula leur a promis une nuit festive dans son établissement en cas de victoire. Et résultat, les joueurs n’ont pas gagné. La soirée est reportée à la semaine prochaine…”

Plus sérieusement, le financement des équipes est un vrai problème dans le pays. Le club professionnel de Larissa, l’AEL, a ainsi fait faillite en 2003 avant de renaître de ses cendres, de gagner la coupe de Grèce et de disputer la Coupe d’Europe.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

Une Formule 1 des mers plantée dans l'eau !