DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Infections sexuellement transmissibles: informer coûte que coûte

Vous lisez:

Infections sexuellement transmissibles: informer coûte que coûte

Taille du texte Aa Aa

Il faut informer coûte que coûte son partenaire, si on a une infection sexuellement transmissible. C’est le message que veulent faire passer les autorités en Suisse. On peut le faire de vive voix, via sms, mail ou en écrivant une lettre, souligne le site internet www.check-your-lovelife.ch qui offre la possibilité d’envoyer de tels messages de façon anonyme. Un site créé dans le cadre de la campagne contre ces infections.
“C’est important que les partenaires soient informés, insiste Roger Staub du département des maladies transmissibles à l’Office fédéral de la santé publique. Ils pourraient être infectés et sans le savoir transmettre la maladie à d’autres. Si l’on veut que ces personnes soient informées, on doit être honnête.”

Mais recevoir une telle information via sms et mails, même s’ils sont des moyens de communication modernes, n’est pas toujours bien vu.

“Je préfère en parler directement les yeux dans les yeux plutôt que de recevoir un sms ou un mail”, estimait un homme à Genève. “C’est lâche de le faire de cette façon, ajoute un autre jeune. Si quelqu’un a une maladie, il devrait informer la personne avec laquelle il a passé la nuit ou utiliser un préservatif.”

Pour cause d’abus, la possibilité d’envoyer des sms a été supprimée sur le site www.check-your-lovelife.ch