DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quand Wagner se met à l'électro


le mag

Quand Wagner se met à l'électro

En partenariat avec

L’artiste franco-américain, Yan Wagner se fait connaître à New York, là où il fait ses premiers pas en tant qu’artiste solo. Cet auteur-compositeur joue sur le mélange des genres en alliant une musique électronique accompagnée d’une voix grave et ténébreuse. Un style qu’on retrouve tout au long de son album “Forty eight hours”. Euronews l’a rencontré à Paris dans le XVIIIe arrondissement pour parler de sa vision bien à lui de la musique.

Selon Yan Wagner, “il y a dans le disque, entre autres, un style pop et des chansons avec un sous- bassement vraiment très techno, je crois. On peut même dire que c’est de la techno pop”.

L’artiste reconnait de multilples influences allant de Depeche Mode au groupe électro allemand,” Deutsch-Amerikanische Freundschaft”. D’ailleurs, il l’avoue lui-même, son album est directement inspiré du groupe britannique, “New Order”, précurseur dans le domaine de la musique électronique.

“On ne peut pas ne pas penser à “New Order” quand on écoute cet album, ce groupe de Manchester dont je suis très fan. C’est un groupe de rock qui utilise les instruments électroniques, ca reste du rock même si c“est electronique. J’aime beaucoup ce groupe pour cette raison. Je suis également très fan de la techno de Detroit, “Underground resistance” et tout ce qui s“en suit”, raconte-t-il.

En 2011, Yan Wagner s’est produit à Londres, à Paris et New York. L’artiste “techno pop”, comme il se définit, a aussi fait les premières parties de groupes électro tels que “Goldfrapp”, M“idnight Juggernauts” ou encore les New Yorkais de “Hercules & Love Affair”.

Prochain article

le mag

Paris : l'Ima célèbre son quart de siècle