DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rubygate : "bunga bunga était une blague"

Vous lisez:

Rubygate : "bunga bunga était une blague"

Taille du texte Aa Aa

Silvio Berlusconi nie les accusations d’incitation à la prostitution de mineure et d’abus de pouvoir et se pose en victime dans le procès Rubygate. L’ancien chef du gouvernement italien s’est exprimé ce jeudi à Milan devant les juges. “Bunga Bunga” ne correspondait pas à des orgies sexuelles comme l’ont dit des témoins, mais à “une blague”, selon il Cavaliere qui a organisé des soirées controversées dans sa villa d’Arcore près de Milan. “On dansait, a précisé Silvio Berlusconi. Mais moi je n’ai jamais pris part à aucune danse en raison d’un ancien voeu de jeunesse. Il n’y a jamais eu de versement d’argent pour obtenir des rapports intimes à ces moments-là et à aucun moment de ma vie”.

Berlusconi, qui dénonce une campagne de diffamation, a nié avoir eu des rapports sexuels avec Karima El Mahroug alias Ruby, mineure à l‘époque des faits présumés. Il est également accusé d’avoir abusé de sa position de président du Conseil pour obtenir la remise en liberté de la jeune fille, arrêtée pour un vol en 2010. Une accusation que Berlusconi rejette.

Avec AFP et Reuters