DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : sur la route de l'Europe?

Vous lisez:

Ukraine : sur la route de l'Europe?

Taille du texte Aa Aa

Les relations entre l’UE et l’Ukraine vont-elles s’améliorer avec les élections? Leur bon déroulement et leur respect des règles démocratiques seront importants, mais l’affaire Timochenko continue de peser sur la finalisation de l’accord d’association avec l’Europe. L’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas, la Belgique sont pour une ligne dure vis-à-vis de Kiev.

Le représentant de la Commission des affaires étrangères au parlement ukrainien est confiant. Leonid Kozhara : “La démocratie et le cas de Ioulia Timochenko peuvent être traités en parallèle avec les sujets économiques, avec la coopération dans les domaines techniques, culturels et autres. c’est pourquoi je ne soutiens pas la position de l’UE selon laquelle telle question peut occulter tous les autres aspects de nos relations.”

La condamnation en octobre 2011 à sept ans de prison de l’icône de la Révolution orange pour abus de pouvoir a consterné Bruxelles et la communauté internationale, qui ont dénoncé son caractère politique. Malgré la pression, les appels de l’opposante ukrainienne ont été rejetés par la justice, et elle n’a pas pu se présenter aux élections.

Rebecca Harms, eurodéputée allemande dit son inquiétude: “Au Parlement européen, les inquiétudes sur la situation politique en Ukraine vont croissant depuis longtemps, depuis la dernière élection présidentielle. Nous ne sommes pas satisfaits de l‘évolution de l‘état de droit, nous ne sommes pas satisfaits de l‘évolution des valeurs telles que la liberté de la presse, la liberté d’expression, le pluralisme des opinions. Les cas de Ioulia Timochenko, et aussi de Yurij Lutsenko nous préoccupent et jettent une ombre sur les élections à venir. “

Pour Kiev, les États membres de l’UE manquent de cohérence vis à vis de leur pays. Si certains veulent fermer la porte à l’Ukraine, les capitales de l’Europe centrale et orientale, Varsovie en tête, appellent à plus de souplesse. Ce qui est sur, après la dernière rencontre de décembre 2011, très assombrie par l’emprisonnement de Ioulia Timochenko, on espère que les élections permettront enfin la tenue d’un nouveau sommet avant la fin de l’année.

Oleksandr Sushko, de l’Institut pour la coopération euro-atlantique : «Pour certains experts, certains politiciens, Timochenko est devenue une affaire personnelle. L’emprisonnement de Timochenko est un défi personnel. Mais pour les autres, elle peut servir de prétexte… Toutes ces questions ont provoqué une stagnation des relations entre l’UE et l’Ukraine.”

Dans la rue, les Ukrainiens sont majoritairement en faveur d’un rapprochement avec l’UE :

«L’Union européenne fait bien de critiquer Viktor Ianoukovitch pour Timochenko dit ce jeune homme. On ne met nulle part quelqu’un en prison pour de la politique, ici oui…”

«Nos relations vont s’améliorer espère ce retraité. D’autant plus que les élections vont sûrement montrer le souhait de l’Ukraine de s’intégrer dans l’Union européenne “.

L’Ukraine au coeur de l’Europe, mais qui pourrait être tentée par les appels du pied de l’ancien grand frère russe. Faute d’accords avec l’UE, l’Ukraine, lieu de transit gazier crucial pourrait trouver des alternatives économiques à l’est de ses frontières, rejoindre par exemple l’Union eurasienne comme le lui a proposé Vladimir Poutine cet été.