Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • Nucléaire : l’Iran devra faire des choix cruciaux dans les prochaines semaines (Kerry) – AFP
  • Kerry juge “scandaleux” des propos d’un responsable américain contre Netanyahu (AFP)
  • Kerry juge toujours “réalisable” le processus de paix au Moyen-Orient (AFP)
  • Burkina Faso : un responsable de l’opposition assure que l’armée s’est “soudée avec le peuple” contre Compaoré (AFP)
  • Mort du PDG de Total en Russie : inculpation d’un second contrôleur aérien (officiel via AFP)
  • Mozambique : Filipe Nyusi (Frelimo) élu président (officiel via AFP)

Poznan se lève tôt. Avec ses 500.000 habitants, c’est la ville de Pologne, avec Varsovie, qui a le plus faible taux de chômage. Travailler à l’heure et de bonne humeur, ici, c’est important.

La nouvelle gare ferroviaire étincelle, et dégage un nouveau style. Le hall principal a été fini à temps pour les compétitions de l’Euro 2012, mais le complexe doit encore être terminé.

Dans les villes en difficulté financière, les événements sportifs importants laissent parfois derrière eux d’immenses bâtiments en friche.

Une nouvelle infrastructure de transport a été construite. Bénéficiaire, elle possède une flotte 40 nouveaux trams qui relient les banlieues avec le centre.

La Pologne a dépensé d’avantage pour les routes que pour les sites sportifs. Poznan profite ainsi de la nouvelle autoroute A2 qui la relie à Berlin: le temps de trajet a presque été divisé par deux. Un encouragement pour les fans lors des compétitions de foot, et un héritage durable pour les entreprises commerciales et de logistique.

Des trams, des trains, une nouvelle autoroute, un réseau de transport tout neuf! Mais qu’en est-il de tout ce que l’on ne voit pas à travers les vitres du tramway, les choses que l’on ne peut ni toucher ni sentir? Quel est l’héritage social de l’Euro 2012?

Des images de Poznan, qui a accueilli trois jeux, ont fait le tour du monde pendant la prestigieuse compétition cet été. Et dans les cafés et les bars, les matches ont rapproché la population locale, créant ainsi un vrai sentiment communautaire.

Le maire de Poznan, Ryszard Grobelny, en est à son quatrième mandat. Il a ressenti cette nouvelle unité et les changements de mentalité de ses concitoyens. L’Euro a réellement fait changer les choses, selon lui: “Aujourd’hui, les habitants de Poznan sont plus ouverts et plus enclins à partager leurs opinions. Ils ont pris conscience qu’ils ne sont pas des individualités, et qu’ils partagent des pensées et des idées communes. Il y a davantage ce sentiment de communauté, et ça se voit concrètement: les gens participent plus à la vie locale. Nous venons d’arrêter le budget social pour la ville et de plus en plus de gens s’engagent et proposent des projets et des idées pour gérer au mieux l’argent public. Cette volonté de s’impliquer a progressé, elle a explosé!”

Le nombre de visiteurs pendant les compétitions sportives a dépassé toutes les attentes: près du double de ce que la ville attendait.

La rotonde, rénovée il y a peu de temps, est l’une des perles du modernisme polonais. C’est aussi un haut lieu du tourisme, avec d’autres, comme la statue de Golem. Rabbi Loew, le créateur du Golem de Prague, est né dans la ville de Poznan. Pour les responsables touristiques, un message est né lors des matchs de juin, et il se répand.

Jakub Pindych, responsable du marketing à la ville de Poznan, explique: “d’après nos recherches, les 140.000 personnes qui ont visité Poznan lors des compétitions de l’Euro 2012 ont été très satisfait de l’accueil qu’ils ont reçu ici. Nous nous sommes fait beaucoup d’amis, qui, lorsqu’ils sont rentrés chez eux, ont recommandé Poznan comme un endroit agréable pour les week-end ou les vacances.”

Lèche vitrine, cafés, mode et arts se mélangent dans ce centre commercial moderne. Des ateliers dans l’atrium aident et guident les aspirants designers.

Poznan a un surnom: “la ville qui sait faire”: elle encourage, accompagne et apporte une assistance financière aux candidats à la création d’entreprise.

L’entreprise Rapcraft s’est saisie de l’initiative. Depuis un an, ils développent l’imprimerie 3-D, et partagent leur connaissance et leur expérience avec les écoles et collèges de Poznan.

La machine qu’ils ont fabriqué est open source, comme leur logiciel : aucune restriction de brevet ni de copyright. L’objectif est d’aider et d’encourager les autres à développer de telles méthodes d’impression.

Mais pour la direction, le projet de la compagnie a changé depuis cet été. Bartosz Barlowski, le patron de Rapcraft, raconte ce développement: “Nous avons commencé à envisager notre business au niveau international. Grâce à l’Euro 2012, nous avons vu beaucoup d‘étrangers venir à Poznan. Nous avons eu l’idée d’emmener et de montrer cette machine à travers l’Europe, dans un van. Le projet est appelé Rapcraft, nous voulons le montrer en Europe. Cela nous aidé à penser notre commerce au niveau international”.

Le sport non plus n’a plus de limite. Cette piscine aux dimensions olympiques a ouvert il y a douze mois, elle a permis à la ville de prétendre aux évènements internationaux. L’année prochaine, elle accueillera les championnats junior européens.
Et les familles ne sont pas en reste, avec dix piscines dans le centre aquatique. Jusqu‘à 6.000 personnes par jour profitent de ces équipements.

L’objectif maintenant, c’est de conserver cet élan impulsé dans le stade municipal de Poznan et de tenir le monde informé des évolutions de la ville.

Paul Newsham, le bloggeur officiel de la ville de Poznan, est enthousiaste: “Mon nom est Paul, je viens de Manchester en Angleterre et je suis bloggeur officiel au conseil municipal de Poznan. Mon travail est de dire à la population en anglais ce qu’il se passe. J‘étais aussi bloggeur officiel pendant l’Euro 2012. Ce qu’il y a de merveilleux dans ces compétitions, et je vous parle en tant qu’habitant, c’est l’héritage que cela laissera à la ville. L’Euro 2012 a été fantastique. C’est venu puis reparti, mais Poznan elle continue à vivre, à grandir et à se développer”

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :