DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Parlement européen à Strasbourg ou à Bruxelles ?


monde

Le Parlement européen à Strasbourg ou à Bruxelles ?

Ne plus se déplacer de Bruxelles à Strasbourg.
Les partisans d’un siège unique pour le Parlement européen font campagne. Des eurodéputés qui veulent choisir leur lieu de travail. Et pour cela, ils souhaitent une modification du traité. Une fois par mois, ce sont 3000 personnes qui se déplacent à Strasbourg. Coût estimé : 180 millions d’euros par an. “Le fait est que le coeur politique du Parlement européen est à Bruxelles martèle le député européen conservateur Edward McMillan-Scott (ADLE). Il y aussi la Commission, le Conseil, le nouveau service de la diplomatie européenne, toutes les représentations diplomatiques, les ONG, les missions commerciales. Bruxelles c’est le cœur de l’UE.”

Face aux libéraux, à la tête de ce lobbying, les Français de plus en plus isolés et
partisans inconditionnels du maintien du siège du parlement à Strasbourg, un symbole disent-ils de la réconciliation européenne.

“Là ou je conteste l’argument c’est quand on dit: on dépense en Co2 et on dépense en voyages davantage pour Strasbourg souligne
l’euro-députée française et ancienne maire de la capitale alsacienne Catherine Trautmann.
Non, parce qu’il faut aussi que les députés se rendent à Bruxelles pour les réunions de commission. Historiquement, le Parlement est né à Strasbourg, ses réunions ont eu lieu à Strasbourg, ses sessions se sont tenues a Strasbourg. Les commissions se tenaient a Bruxelles”.

La bataille est loin d‘être terminée. En septembre dernier, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne a donné gain de cause à Paris : à part les mini-séances de deux jours, les plénières doivent se tenir à Strasbourg. La Cour de justice doit encore tranché.

“Une chose est claire: pour l’instant les eurodéputés continueront de faire la navette jusqu‘à Strasbourg car les fissures dans le plafond de l’hémicycle à Bruxelles doivent encore être réparées “ explique notre correspondant à Bruxelles Enrico Bona.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : l'espoir d'une trêve devient réalité