DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Liban : violences entre partisans et opposants du régime syrien à Tripoli


Liban

Liban : violences entre partisans et opposants du régime syrien à Tripoli

A Tripoli, le conflit syrien continue d’alimenter les violences interconfessionnelles.
Entre le quartier de Jabal Mohsen, majoritairement alaouite – la confession du clan Assad- et le quartier de Bab-el Tabbaneh, plutôt sunnite, les violences avaient fait 7 morts et 12 blessés ce lundi.
La tension ne s’est pas apaisée depuis.

“Mon fils a traversé le quartier Abou Issam, relate une habitante du quartier Bab-el Tabbaneh, à majorité sunnite.
Il est allé acheter un biscuit, et en revenant il a été touché par une balle des snipers qui a traversé son corps et a fait exploser son coeur.”

Entre les deux quartiers, qu‘à peine une rue ne sépare, chacun s’accuse mutuellement d’avoir engagé les hostilités.
Si l’armée s’est déployée dans la ville, elle ne dissuade pas pour autant certains résidents d’organiser leur propre défense, comme l’explique le leader des alaouites libanais :

“On est pas pour le recours aux armes, mais les circonstances nous y ont poussé. On est une minorité. S’il n’y a pas un Etat fort, une armée libanaise puissante et des garanties concernant la survie du notre pays, on ne va pas renoncer aux armes.”

“Ici a Tripoli, les affrontements s’arrêtent puis recommencent de façon imprévisible, commente notre envoyé spécial Jamel Ezzedini.
Le conflit religieux continue donc avec comme corollaire la souffrance des habitants. Pour la plupart d’entre eux, sortir de chez soi est un acte suicidaire.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

USA : fin de campagne dans les Etats-clé