DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le credo du gouvernement espagnol : travailler dur et vite pour faire échec au chômage


économie

Le credo du gouvernement espagnol : travailler dur et vite pour faire échec au chômage

Ces mauvaises nouvelles sur le front de l’emploi en Espagne, s’ajoutent à la poursuite probable de la récession dans laquelle le pays est retombé fin 2011. La Banque d’Espagne prévoit pour le troisième trimestre un recul du Produit intérieur brut de 0,4% alors que le gouvernement Rajoy prévoit une contraction de l‘économie de 1,5% sur l’année.

Le gouvernement qui voit dans ces mauvais chiffres du chômage l’occasion de réaffirmer sa volonté de sortir de cette situation.

“Chaque chiffre publié sur le chômage a affirmé Soraya Sáez de Santamaría, porte-parole du gouvernement, nous renforce dans la poursuite de notre travail et nous rappelle que nous ne pouvons pas ralentir le rythme des réformes. Nous devons travailler vite et aussi dur que possible pour revenir à la croissance et à la création d’emplois dans ce pays”.

“L’Espagne est en passe de résoudre les problèmes qui affectent son secteur bancaire” : c’est ce qu’affirme vendredi soir un communiqué conjoint de la Commission européenne de la BCE et du FMI. Le communiqué ajoute que “la structure de défaisance espagnole, la “bad Bank” dans laquelle seront logés les actifs douteux des banques, sera opérationnelle le 1er décembre”. Des inspecteurs de ces trois institutions se sont rendus en Espagne ces dix derniers jours pour évaluer les progrès réalisés par le secteur bancaire.

Prochain article

économie

Etats Unis : croissance économique de 2% au troisième trimestre