DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Législatives en Ukraine : fracture politique entre l'est et l'ouest

Vous lisez:

Législatives en Ukraine : fracture politique entre l'est et l'ouest

Taille du texte Aa Aa

Donetsk et sa place Lénine… La ville de l’est ukrainien, à une cinquantaine de kilomètres de la Russie, symbolise plus que toute autre le ralliement des électeurs au Parti des régions, le parti du président Victor Ianoukovitch.

Ce Parti pro-russe est le favori des sondages. Il est crédité de 23% des intentions de vote sur l’ensemble du territoire, avec des percées allant jusqu‘à 40% dans les régions les plus orientales.

En marge des législatives de ce dimanche, la tendance se confirme à Donetsk, en dépit de quelques déceptions.

“J’aimerais voter pour le changement, pour un nouveau visage et un nouveau parti, car j’en ai assez de ce qui se passe ici”, exprime un résident de Donetsk.

“Je vais soutenir le parti des régions, car ils nous donnent confiance, au moins dans l’avenir”, estime quant à elle une jeune femme ukrainienne.

A Lviv, la plus grande ville de l’ouest de l’Ukraine, la tendance, à l’inverse de la partie orientale du pays, est plutôt de ne pas donner une seule voix au pouvoir. Un mot d’ordre matraqué dans les rues de la ville.
Dans ce bastion d’opposants, les candidats pro-russes se font discrets.

“Traditionnellement, la région de Lviv soutient les partis pro-ukrainiens, explique Roman Koshoviy, du Comité des électeurs de Lviv.
C’est une vieille tradition, nos électeurs choisissent des candidats national-démocrates, voire des patriotes plus radicaux. Donc ce n’est pas une grande suprise, la majorité des votes ici est acquise aux trois partis d’opposition.”

La principale alliance de l’opposition, le parti du boxeur Vitali Klitschko et la formation nationaliste Svoboda cumulent à eux 3 plus de 60 % des intentions de vote.

“Selon les observateurs, il n’y a pas eu de sérieuses violations au cours de la campagne électorale dans Lviv et sa région, commente notre envoyée spéciale Evgeniya Rudenko, mais ils n’excluent pas d‘éventuelles provocations le jour du scrutin”.

Au total, 22 partis ou bloc politiques sont en lice. Beaucoup ont inscrit la lutte contre la corruption dans leur programme.